La fegentri travaille son image

Autres informations / 04.08.2007

La fegentri travaille son image

Élue présidente de la Fédération Internationale des

Gentlemen-riders et des cavalières (Fegentri) en février dernier à Pau,

Nathalie Bélinguier oeuvre depuis à redynamiser l'institution dont les membres

se donnent rendezvous ce week-end à Deauville. Créée en 1955 par cinq pays, la

Fédération regroupe aujourd'hui 23 pays membres et organise son championnat

mondial des nations, dont les 19e (chez les cavaliers) et 14e (cavalières)

étapes passent samedi à La Touques…

JDG. Quel est le rôle de la Fegentri aujourd'hui ?

Nathalie Bélinguier. Nous coordonnons les différents

clubs d'amateurs dans le monde et organisons un championnat qui passe par

Deauville samedi et dans treize autres pays. Chaque club délègue pour toute

l'année sa cravache d'or, d'ordinaire, ou à défaut le meilleur second choix,

par exemple quand un cavalier ou une cavalière truste les premières places

plusieurs années de suite. Nous veillons à la logistique mise en place pour que

ce championnat se déroule dans de bonnes conditions. Ce n'est pas toujours

simple, car chaque pays possède une organisation différente. Nous ne manquons

pas de travail : notre comité de vendredi à France Galop a duré cinq heures !

JDG. Sur quels dossiers travaille la Fegentri

aujourd'hui ?

N.B. La nouvelle équipe tâche de travailler sur

l'image de notre activité et de notre championnat. Nous organisons un circuit

qui mérite d'être davantage reconnu sur le plan sportif. Pour le moment,

l'essentiel de nos ressources provient des cotisations des pays membres, mais

nous devrions pourvoir bénéficier du soutien de sponsors, ce à quoi je

travaille. Nous avons aussi élargi notre membership à des membres associés, qui

ne possèdent pas nécessairement un club d'amateurs, comme le stipule notre

règlement, mais organise des étapes du championnat du monde, à l'image du

Qatar, où nous nous sommes rendus en mars dernier.