L'amateurisme à la fête

Autres informations / 07.08.2007

L'amateurisme à la fête

A la fin du long week-end du Club des

gentlemen-riders et des cavalières, le Président, Robert Danloux établit un

bilan « positif à 118%! »

Que retenir de ce week-end du Club des

gentlemenriders et des cavalières ?

Robert Danloux : Le bilan est très positif.

Nous avons eu le temps avec nous. Les six courses disputées durant ces trois

jours ont réuni beaucoup de partants et dix nations ont été représentées. A

côté du sport, nous avons organisé des évènements pour rassembler les amateurs

et tous les amis de l'amateurisme. Samedi soir, un dîner à l'Hôtel Royal

Barrière - un de nos partenaires - a réuni 195 convives. Nous avons d'ailleurs

beaucoup de partenariats prestigieux avec, par exemple, Gras Savoye Hipcover ou

la Maison Most. Nous représentons également l'ouverture. Nous avons lancé une

passerelle vers les cavaliers de concours hippiques en organisant des épreuves

qui leurs sont réservées à Fontainebleau. Nous sommes un lien entre tous ces

mondes autour de valeurs simples : la camaraderie, la sportivité, l'émotion,

l'adrénaline. Mais tout ceci existe aussi grâce à France Galop qui, depuis une

dizaine d'années, organise six courses d'amateurs lors de ce grand meeting international

d'août à Deauville.

Quelle est la place de l'amateurisme français

sur la scène internationale?

La France fait partie des cinq fondateurs de la

FEGENTRI. De plus, elle a toujours occupé le statut de Présidente des 21 pays

membres. Nathalie Bélinguier a été élue cette année et pour deux ans. La France

est un exemple grâce au niveau sportif très élevé de nos gentlemen-riders et

cavalières. La relation avec les jockeys dans le peloton et en dehors se passe

très bien. Lorsqu'un gentleman monte dans une course ouverte aux professionnels

et aux amateurs, 7,5% de l'allocation reviennent à la caisse des jockeys. Ils

ont compris que les amateurs ne leur faisaient aucun tort. L'amateurisme est

indispensable. Mon rêve serait d'obtenir de France galop une épreuve de support

de Quinté+ sur un hippodrome parisien ! C'est un véritable challenge pour le

Club.

Le déménagement de Paris à Saint-Cloud s'est-il

bien déroulé ?

Le déménagement s'est très bien passé mais nous

sommes plus excentrés, c'est vrai. Il nous est plus difficile maintenant

d'inviter des amis et partenaires à Saint-Cloud. Mais nous nous adaptons et

repensons les évènements. Nous avons tout de même à notre disposition un espace

magnifique de 80 hectares de verdure. Dès la rentrée, nous organisons une

soirée des partenaires pour faire le lien entre eux. Toujours autour de la

camaraderie.