Le grand pedigree : myboycharlie

Autres informations / 23.08.2007

Le grand pedigree : myboycharlie

Myboycharlie est un 2ans très développé au

modèle impressionnant. Elevé en Irlande par Denis Noonan, il a été vendu foal à

Goffs pour 13.000€ à Tally-Ho Stud, le haras où stationna Danetime, qui le

revendit yearling aux ventes de Doncaster pour 54.000 Guinées (environ 90.000€)

au très sympathique entraîneur Tommy Stack qui, malade, méritait une telle

chance. Il appartenait pour ses premières courses de 2ans au Hammershey

Syndicate, au sein duquel on retrouve le footballeur international Teddy

Sheringham. Myboycharlie fit des débuts faciles au Curragh le 30 juin où il

gagna le Netjets Maiden de 3 longueurs devant la « Bolger » Linslata. Beaucoup

plus impressionnant quinze jours plus tard sur la même piste, le fils de

Danetime survola les Anglesey Stakes (Gr3), qu'il emporta de 7 longueurs. On

peut imaginer que ce succès retentissant sur les 1300m du Curragh donna à John

Magnier l'idée de se rendre acquéreur du prometteur poulain de Tommy Stack, par

ailleurs très proche du patron de Coolmore. On connaît la suite, qui mena le

petit-fils de Danehill à Deauville où sa victoire fut d'autant plus

impressionnante que la très bonne Natagora a fourni une excellente prestation

et qu’Alexandros a montré qu'il était un des leaders de sa génération en

France. Un magnifique gagnant de Morny qui nous gratifia de moments émouvants

avec Fozzy, le fils de son entraîneur, qui tremblait encore une demi-heure

après la course, tant tout cela résonnait en lui, alors que son père malade lui

parlait au téléphone et que les journalistes l'entouraient.

• LE PÈRE, DANETIME

Voilà un étalon, fils de Danehill, tout à fait

atypique à l'histoire singulière qui se ponctue par un gagnant de Morny ! Né en

1994, alors que Danehill faisait la monte pour environ 15.000€, Danetime fut

acheté yearling pour 50.000€ par l'expert Demi O'Byrne pour le compte de

Michael Tabor, ex-bookmaker à l'époque. Aussi, après avoir gagné son maiden à 2

ans, il est visible que Neville Callaghan, son entraîneur, le trouvait

suffisamment bon pour le diriger vers les gros handicaps qui font rêver les

turfistes et les joueurs. C'est ainsi que Danetime fut l'objet d'un pari massif

dans le Wokingham Handicap à Royal Ascot, où il ne termina que 2e à une tête du

gagnant après avoir connu toutes les misères possibles de trafic. Il se

rattrapa dans la Stewards Cup à Goodwood, fameux handicap sur 1200m, où il

devança Elnadim, futur gagnant de Gr1, rapportant plus de 200.000£ à Michael

Tabor qui avait « doublé la mise » pour se refaire après la défaite d'Ascot.

Depuis ce jour, Danetime ne courut plus que des Groupes et Listed, sans pouvoir

gagner tout en finissant 2e de Royal Applause dans la Haydock Sprint Cup (Gr1)

et 3e d'Elnadim dans la July Cup (Gr1). Donc voilà un performer dont le destin

fut clairement placé sous le signe du flambe, pour la plus grande joie de son

entourage, et qui ne put - de ce fait - réellement acquérir les titres pour

entrer au haras par la grande porte. Toutefois, Tally-Ho Stud (Tony

O'Callaghan) qui est spécialisé dans les sprinters au modèle impressionnant

qu'affectionnent les petits éleveurs irlandais, n'hésita pas à entrer Danetime

en 1999. Fort d'un rating officiel de 117, il fit la monte au tarif de 3.000

Irish Punts. Finissant 3e en 2002 dans le classement des étalons de 1ère année,

ce digne fils de Danehill a rencontré 150 juments en 2003. C'est ainsi qu'ayant

sa chance avec des juments convenables, il réussit à produire les bons 2ans de

2006 que sont Vital Equine, gagnant des Champagne Stakes (Gr2), et Dhanyata,

lauréate des Sirenia Stakes (Gr3) et 2e des Cheveley Park Stakes (Gr1). Puis,

finalement, son joyau, Myboycharlie. Hélas, Danetime mourut en 2005 à Tally-Ho

Stud, ne pouvant ainsi profiter de sa consécration du Morny.

• LA MÈRE, DULCEATA

Dulceata, la mère de Myboycharlie, fut vendue

très cher yearling pour 140.000 Irish Punts. Bien mauvaise, elle ne montra

aucune disposition pour la compétition. Elle était cependant bien née, ce qui

explique son prix. En effet, sa mère Snowtop, gagnante de Listed, a engendré Flurry,

2e du Prix de Saint-Cyr (L) entraînée par Jonathan Pease. Mais Snowtop est

surtout la grand-mère de nombreux bons gagnants : Snowland (Galaxy Handicap,

Gr1), Fidelio's Piracle, Grand Reporter, Asset… Snowtop est fille de Icing

(Gr3), une des juments importantes de Gainsborough Stud (Maktoum), qui a donné

Al Hareb, vainqueur du William Hill Futurity (Gr1) et Dr Somerville (Prix de

Condé, Gr3), entraîné par Criquette Head-Maarek. Par Roussillon, un médiocre

reproducteur de la lignée Never Bend, Dulceata n'a guère brillé au haras où

elle donna 5 gagnants anonymes sur 7 produits. Puis elle fut saillie par

Danetime en 2004, engendrant à cette occasion un cheval hors du commun,

Myboycharlie, comme quoi le destin d'éleveur n'obéit à aucune science. En

effet, la probabilité qu'avait une Dulceata de donner naissance à Myboycharlie

à l'âge de 17 ans, après n'avoir rien produit de significatif, était quasiment

nulle. Issu du croisement Northern Dancer-Never Bend qui a bien fonctionné dans

les années 1980 quand Lyphard saillissait les filles de Riverman, Myboycharlie

est surtout un hasard de la génétique, ou plutôt le petit-fils de Danehill,

étalon exceptionnellement influent pour son âge, du fait de ses fils qui ne

cessent de se distinguer, comme on le constate avec Dansili et même aujourd'hui

avec Clodovil qui, pour ses premiers 2ans, nous gratifie d'une gagnante des

prestigieux Lowther Stakes à York.