L'éclatement de l'empire sangster

Autres informations / 10.08.2007

L'éclatement de l'empire sangster

Un communiqué des héritiers de Robert Sangster,

décédé il y a 3 ans, annoncait hier soir le principe de la vente aux enchères

des 250 chevaux qui constituent l'effectif Sangster. Cette décision est motivée

par la volonté de chacun de ses six fils de faire évoluer différemment leurs

intérêts hippiques, sachant qu'en Europe, Ben Sangster a toujours incarné la

succession de son père auprès du monde des courses et de l'élevage. Ces

couleurs célèbres (Vert, manche bleu, toque blanche), très présentes en France

dans les années 1970/80, ont été portées par des chevaux très célèbres durant

les trente dernières années. On se souvient notamment de ses deux gagnants du

Prix de l'Arc de Triomphe : Alleged, qui triompha à deux reprises dans

l'épreuve reine, et la pouliche Détroit, entraînée en France par le regretté

Olivier Dou•eb . L'essentiel du prodigieux succès de ces couleurs est lié à

l'association Sangster-Vincent O'Brien, qui a offert une sacré brochette de

cracks dont Sadler's Wells (peut-être le plus célèbre du fait de son statut

d'étalon leader en Europe depuis quinze ans), The Minstrel, Storm Bird, le père

du grand sire américain Storm Cat, El Gran Senor, Golden Fleece, Rodrigo de

Triano, pour mentionner les plus connus internationalement. Grâce à Vincent

O'Brien, les couleurs Sangster ont incarné la pénétration bénéfique et

déterminante de Northern Dancer en Europe.

Mais Robert Sangster était aussi un amoureux de

la France, où il eut brièvement un haras, le Mont dit Mont, et où il s'associa

à Alec Head et Roland de Chambure dans de nombreuses opérations. C'est ainsi

que les couleurs vertes et bleues triomphèrent à deux reprises dans la Poule

d'Essai des pouliches avec deux fusées élevées au Haras d'Etreham : la

phénoménale River Lady, victime d'un accident qui l'empêcha de confirmer sa

suprématie, et Baiser Volé. Cependant, l'axe Sangster-V.O'Brien- Magnier (le

gendre de Vincent) régna sur le turf européen des années 1975 jusque vers 1990.

Leurs succès étaient le prélude à la domination actuelle de Coolmore.

D'ailleurs, Ben Sangster et Swettenham Stud, le label d'élevage Sangster,

continuent d'accompagner la galaxie Coolmore, tout en y participant désormais

sur un mode mineur.

Est-ce parfum de déclin qui nous vaut vraiment

cette « dispersal » qui alimentera les grandes ventes anglaises, irlandaises,

américaines et australiennes dans les six prochains mois ? C'est probable, bien

que Ben ait déclaré vouloir développer sa présence en Europe, tandis que Adam

affichait cette même volonté pour l'Australie où il gère les intérêts familiaux.

Notons enfin que les ventes ne concernent que

les animaux de courses et d'élevage, la célèbre propriété et centre

d'entraînement de Manton Estate dans le Wilshire, actuellement occupée par

l'entraîneur Brian Meehan, et où entraînèrent Michael Dickinson, Barry Hills,

Peter Chapple-Hyam et John Gosden, restant dans le giron familial. Une époque

s'éteint. Pas son souvenir.