Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Alsace : un « one woman show »

Autres informations / 26.09.2007

Alsace : un « one woman show »

 

MARDI À MAISONS-LAFFITTE

Pour des débutants, il est

rare que la ligne droite de Maisons-Laffitte nous offre de telle démonstration.

Il y eut deux courses dans le Prix Tahiti : celle pour le peloton, gagnée par

la prometteuse Place de l’Étoile (Sadler’s Wells), et celle où Alsace a fait un

one woman show. Yann Lerner est sorti des boîtes et a tout de suite pris la

tête, et les turfistes ont tout de suite compris qu’il n’y aurait pas de

course. Tranquillement devant les poursuivants, Alsace déployait des foulées qui

montraient qu’aujourd’hui, elle était simplement très au-dessus de la mêlée. La

fille de King’s Best rappelait son père sur la ligne droite de Newmarket où il

s’y était montré intouchable tant son abattage avait dégoûté ses adversaires.

La joie de la famille Lerner

faisait plaisir à voir, cela faisait quelque temps que le populaire Carlos ne

nous avait pas sorti une pouliche de cette trempe. Lucien Urano avait, lui

aussi, fait le déplacement. Clairement, c’était un coup sûr pour les initiés et

Alsace n’a pas trompé son monde. Tant mieux, car cet « entourage » mérite des

succès qui viennent récompenser les engagements du team des Monceaux dans le

monde du pur-sang. N’oublions pas que Lucien Urano a été la semaine dernière un

des grands acheteurs français à Keeneland, comme JDG l’a rapporté.

Bien sûr, comme souvent avec

l’écurie Lerner, Alsace est arrivée prête pour ses débuts. Elle l’était

d’autant plus que cela fait quelques mois qu’elle était prête à débuter, mais

un abcès malencontreusement placé sur son dos a contraint son entraîneur à

reporter ses débuts initialement prévus à Deauville. Contrariétés aujourd’hui

oubliées, qui font que le programme ne sera pas celui qui avait été rêvé par

Carlos : désormais, il est très vraisemblable qu’elle se dirige vers le

Critérium de Maisons-Laffitte Gr2 ! Même piste, même distance, et puis c’est

tellement mieux de courir à la maison. Alsace représente exactement ce qu’on

peut appeler un bon achat, et il faut féliciter tous ceux qui ont participé à

la décision. D’abord le père, King’s Best qui est un remarquable étalon

relativement sous-évalué malgré Proclamation, Best Name et bien d’autres. Et

s’il l’était en août 2006 à Deauville, quand Alsace a été achetée pour

115.000€, c’était en raison de l’attente un peu déçue des professionnels

britanniques envers l’ex-pensionnaire de Michael Stoute dont on espérait dès sa

première année monts et merveilles. ; et la patience n’est plus la vertu du

marché du pur-sang.

Mais regardons aussi Annex,

la mère par Anabaa. À première vue, rien de spécial, si ce n’est qu’elle a

gagné une course D à Deauville pour son propriétaire, le Prince Khalid

Abdullah. Et pourtant, Annex n’a couru que quatre fois à 3ans, s’est trois fois

placée dans des bons lots et a fini par gagner sur la Côte normande. Mais nos

handicapeurs lui ont attribué la valeur de 40 ! C’est-à-dire la valeur d’une

pouliche apte à courir une Listed race. Elle avait donc toutes les

caractéristiques d’une bonne poulinière potentielle, d’autant qu’elle est issue

d’une des toutes meilleures familles du Prince, celle d’Intermission qui est la

3e mère d’Alsace. On y trouve surtout des pouliches de vitesse qui ont très

bien produit : Interval, gagnante du Prix Maurice de Gheest (Gr2 à l’époque) et

Invited Guest, gagnante du Fillie’s Mile (Gr1) à 2ans.

Bref, de bons pères (King’s

Best, Kingmambo, Anabaa), une mère ayant une qualité de course, et une lignée

superbe d’une grande famille anglaise.

L’Alsace est une province

glorieuse ; elle n’attendait qu’une reine, là voilà peut-être.