Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Blue chagall remet de l'ordre

Autres informations / 23.09.2007

Blue chagall remet de l'ordre

Samedi 22, Longchamp. Grand

favori du Prix des Chênes (Gr3), Béret Rouge (Red Ransom) a terminé troisième,

ce qui peut être envisagé comme une déception. C'était sa première rencontre

importante et le gris de l'Aga Khan n'a pas été à la hauteur, au propre comme

au figuré. Blue Chagall (Testa Rossa), en revanche, a grimpé un échelon.

L'athlétique pensionnaire d'Alex Pantall a fait nettement la différence en présence

de ses propriétaires texans, emmenés par William Preston et son courtier Hubert

Guy. Élevé par Antoinette Tamagni au Haras du Petit Tellier, Blue Chagall est un

des meilleurs fils de l'australien Testa Rossa en Europe. Le fils de Perugino a

sailli deux saison au Petit Tellier avant de repartir définitivement dans son

pays, faute d'un soutien suffisant des éleveurs français.

Blue Chagall va peut-être

leur donner pas mal de regrets à l'avenir puisque d'après son entraîneur Alex

Pantall, on n'a pas encore vu ce dont il était capable. Alex Pantall : « J'y

croyais, a-t-il déclaré. Bien sûr, il y avait Béret Rouge mais mon poulain est

très dur et il est bien dans ces terrains-là. Il n'est pas encore complètement

musclé et je pense qu'il serait plus sage d'attendre la prochaine saison, à

présent. J'ai acheté ce poulain au haras du Petit Tellier à l'amiable après

qu'il ait été racheté, en octobre 2005 à Deauville. Il a débuté pour moi avant

d'être acheté par Hubert Guy pour William Preston. » Blue Chagall a aussi été

racheté foal aux ventes de décembre…

Deuxième, Dubai Time (Dubai

Destination) s'est montré très accrocheur après avoir galopé en dehors du petit

peloton. Yorktown (Red Ransom), l'animateur, s'est déferré dans la fausse ligne

droite des deux antérieurs. Les images au ralenti retransmises par Equidia

étaient saisissantes. « Il y a une portion de terrain plus souple dans le

virage, où les poulains s'appuient d'autant plus qu'ils tournent, a expliqué

son jockey Christophe Lemaire. Le mien a complètement glissé des postérieurs et

c'est en se rattrapant qu'il a dû se déferrer. » Salsalavie (Fly to the Stars)

a bien terminé en revenant des derniers rangs, tâche difficile quand la portion

400/200 mètres est tracée en 11 secondes. Philippe Demercastel demeurait

toutefois dubitatif, notant que le poulain était encore bébé et qu'il avait eu

du mal à suivre dans la descente.