Lawman à ballylinch stud

Autres informations / 07.09.2007

Lawman à ballylinch stud

Les éleveurs français étaient

en droit d'espérer conserver sur le sol national l'excellent gagnant du Prix du

Jockey Club de cette année. Des négociations étaient en cours avec des intérêts

hexagonaux mais elles n'ont pas abouti et cet échec (sur lequel nous faisons

des révélations en page 2) fait le bonheur du plus français des étalonniers

irlandais. En effet, John O'Connor, le boss de Ballylinch Stud, trop discret

pour avouer qu'il parle fort bien le français, a des liens multiples avec les

courses et l'élevage français. En ce sens, n'oublions pas que le très populaire

Whipper (Miesque's Son) a élu domicile dans les pâturages vallonnés de ce

splendide haras du centre de l'Irlande.

Rappelons que Lawman

(Invincible Spirit) a gagné quatre courses dont le Prix du Jockey Club (Gr1),

le Prix Jean Prat (Gr1) et le Prix de Guiche (Gr3), faisant de lui le meilleur

3ans français sur 1600-2000m. Hélas, comme Jean-Marie Béguigné nous l'avait

confié récemment, ce frère de Latice (Inchinor) a été victime d'une infection au

mois d'août qui explique sa contre-performance radicale dans le Prix Le Marois,

et les difficultés à revenir rapidement à la compétition. Il est aussi très

bien né : par Invincible Spirit, étalon sur la montante qui a fait l'objet d'un

spectaculaire achat participatif de la part du Cheik Mohammed, et la désormais

légendaire Laramie qui, outre Lawman, a produit la classique Latice (Prix de

Diane) et le bon Satri vainqueur du Prix du Palais Royal (Gr3).