Le dernier triomphe de manduro

Autres informations / 17.09.2007

Le dernier triomphe de manduro

DIMANCHE À LONGCHAMP

La dernière victoire de Manduro

(Monsun) n’aura certainement pas été la plus difficile. C’est pourtant celle-là

qui lui sera fatale. Après avoir laissé Sommertag (Tiger Hill) mener la course,

le pensionnaire d’André Fabre a été rapproché et il a vite pris le dessus sur

les trois outsiders de la course. Mandesha (Desert Style) était délibérément

maintenue dans son sillage par Christophe Soumillon. On a alors assisté à une

ligne droite curieuse. La femelle revenait systématiquement derrière son rival

malgré les efforts de son jockey pour la lancer à sa poursuite, et on a eu le

sentiment qu’il s’était contenté de prendre la température, un peu comme on met

le nez dehors avant de choisir sa tenue de soirée.

On sait aujourd’hui que

Manduro tient 2.400 mètres et qu’il aurait été difficile à battre le premier

dimanche d’octobre, mais Mandesha a simplement rassuré son entourage : « Elle

était un peu fraîche, aujourd’hui, a noté Alain de Royer Dupré. Mais c’est un

bon retour à la compétition. Rien ne me dérange dans sa prestation. La course

s’est déroulée par à-coups et elle a pu le payer pour finir. Cependant, elle

est peut-être un peu moins percutante que l’an dernier et peut-être faudra-t-il

l’équiper d’oeillères australiennes dans l’Arc. »

De retour de la piste,

Christophe Soumillon avait observé le même phénomène et tiré les mêmes

conclusions.

Ravi du succès de son

Manduro, Georg von Ullmann avait noté que l’aide d’un lièvre avait sans doute

été déterminante dans toutes les courses préparatoires. Son cheval avait prouvé

qu’il était capable de gagner sur toutes les distances au meilleur niveau, et

sur tous les terrains. Il ne lui restait plus qu’une dernière consécration

avant de rejoindre le haras de Darley. Le sort a voulu qu’il en soit autrement,

mais Manduro n’avait, de toute façon, plus grand chose à prouver.