Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Niel : beau et mystérieux

Autres informations / 16.09.2007

Niel : beau et mystérieux

Dimanche

16, Longchamp. Le Prix Niel (Gr2) est des trois grandes courses préparatoires

celle qui sera peut-être la plus intéressante. Onze des treize derniers

gagnants de l’Arc de Triomphe étaient des mâles de 3ans, huit avaient remporté

le Prix Niel. Même si le Prix Vermeille est un Groupe 1 et si la présence de

Manduro (Monsun) et de Mandesha (Desert Style) – deux favoris en puissance –

dans le Prix Foy (Gr2) rivalise sur le papier d’intérêt avec le « Niel », c’est

la course qui pose le plus de questions.

Or c’est

peut-être aussi celle qui répondra la moins à ces interrogations. On a vu dans

le passé de cette épreuve des déroulements de course fantaisistes, des arrivées

impensables, des faux trains et des bouchons. Mettez un million d’euros

d’allocations dans le Prix Niel 2007 et faite-en un Groupe 1 : ce sera la

course de l’année. Zambezi Sun (Dansili) y découvre le fragile invaincu

Sageburg (Johannesburg) avec Spirit One (Anabaa Blue) en plein regain et

l’irlandais Soldier of Fortune (Galileo) sans doute préparé exprès par Aidan

O’Brien. Il manque Autorized (Montjeu), le lauréat du Derby d’Epsom, et plus

rien ne manque pour s’autoriser à baptiser la course « Super Derby ».

Ce

qu’elle ne sera sans doute pas. O’Brien a bien laissé Song of Hiawatha

(Sadler’s Wells) pour assurer le train, ce que Spirit One peut contribuer à

assurer, mais Johnny Murtagh autorisera-t-il Soldier of Fortune à tout donner

pour sa rentrée, sur un terrain probablement trop ferme pour son bien ?

« Song

of Hiawatha peut aller devant, ça ne lui pose aucun problème, a déclaré

l’entraîneur irlandais à la Press Association. Nous voulons un train régulier

parce que ces préparatoires sont souvent des courses de Mickey. Soldier of

Fortune a eu un break. Il n’a que 3ans. L’objectif a toujours été d’aller sur

l’Arc et je suis très content de lui. Nous serions évidemment très heureux de

gagner mais si nous sommes battus, ce n’est pas un désastre. Il va sans doute

monter sur cette course. » Si vous ne comprenez pas ce que ça veut dire,

achetez-vous un dictionnaire de Gaélique et allez directement poser la question

à Aidan.

Pascal

Bary connaît bien les affres du Niel, lui qui a présenté Sulamani dans la

course face à deux « Fabre », en 2002, et a bien failli perdre à l’issue d’un

parcours absurde. Zambezi Sun a déjà gagné rapproché, mais pas à ce niveau, et

il n’avait pas couru depuis six semaines – contre neuf cette fois quand il a

dominé le Grand Prix de Paris (Gr1), sur ce parcours. Pascal Bary ne va

certainement pas demander à Stéphane Pasquier de contrer Song of Hiawatha ou

Spirit One.

Sageburg,

lui, n’a que son invincibilité à préserver, c’est le gagnant le plus récent et

c’est, après tout, le seul candidat à ne pas avoir remporté sa course de Groupe

aujourd’hui, exception faite du malheureux Sagara (Sadler’s Wells). Par

ailleurs, Sageburg n’a jamais fait 2.400 mètres et il n’est pas dans l’Arc. Il

a donc beaucoup à prouver dimanche.

Or le

gagnant de la course sera peut-être celui qui aura le plus envie d’elle…