Noces d'or d'un jeune propriétaire

Autres informations / 01.09.2007

Noces d'or d'un jeune propriétaire

Charles de Chaisemartin élève des anglo-arabes à Estivaux,

près d'Oradour-sur-Glane, depuis une trentaine d'années, mais plutôt pour le

Concours Complet. Il n'avait jamais éprouvé le besoin de demander ses couleurs.

Jusqu'au jour où Noces d'Or à Estivaux (Zeffir), entraînée à La Teste par

Thierry de Laurière, a commencé à faire parler d'elle. L'année dernière, cet

octogénaire a donc demandé et obtenu son agrément à temps pour que sa casaque

ne passe la première la ligne d'arrivée du Grand Prix des Anglo-Arabes de

Longchamp. « Je n'aurais pas demandé mes couleurs si nous n'avions pas eu une

chance de gagner avec ! », at-il plaisanté.

Un an plus tard, son élève a remis ça sans problème, après

un échec à domicile lors de sa dernière sortie, fin juin : « Elle aime les

parcours sélectifs, a expliqué son entraîneur. À La Teste, elle n'a pas pu

revenir de derrière en terrain léger. Et par ailleurs, elle ne va pas dans le

lourd. Elle descend d'une famille de sauteurs, et son père en produit de bons,

mais je préfèrerais qu'elle n'aille pas courir en obstacles. Je l'aime trop

pour ça. C'est moi qui la monte le matin et à l'écurie, où on l'appelle Madame

de Laurière ! Sa grand-mère est une fille de Bon Mot, une pur-sang. Ce n'est

pas ce qu'on appelle une vieille souche… »

Âgée de 5ans, Noces d'Or à Estivaux ne pourra pas trisser à

Longchamp. Si Thierry de Laurière obtient gain de cause, elle ira au haras à

Estivaux. Le nom de la jument comporte 21 caractères, ce qui est inhabituel aux

courses, où les noms ne peuvent excéder 18 caractères. Cela viendrait du fait

que M. de Chaisemartin l'a rebaptisée après avoir justement célébré ses noces

d'or, événement qui, de nos jours, est effectivement de nature à provoquer un

bogue, même dans une aussi vénérable institution que les Haras Nationaux.

Mais alors, quid de Lepompadour La Brunie dans le Prix de l'Elevage

des Anglo-Arabes, dimanche au Bouscat ?