Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Arqana octobre : une exception en europe

Autres informations / 25.10.2007

Arqana octobre : une exception en europe

SPÉCIAL VENTES ARQANA DE DEAUVILLE  

Mercredi 24, Deauville. Les ventes d’octobre à Deauville

se sont conclues sur un bilan très positif puisque le chiffre d’affaires a

gagné 35% à 11,4 millions d’euros pour une moyenne en hausse de 31% à 28.868€.

Le médian est aussi en forte progression puisqu’il passe de 16.000 à 22.000€

(+38%). Tous les feux sont donc au vert. Avec une offre plus domestique, la

journée de mercredi a affiché une baisse des principaux indicateurs (cf. Page

3) mais pas de telle manière que les indices généraux en soient affectés. Nicolas

Clément a acquis les deux plus chers yearlings de mercredi à Deauville. Le

premier, #380, lui a été adjugé 77.000€ le matin. Il s’agissait d’un fils de Kendor

par Zalida (Machiavellian) présenté par le Haras du Mâ et acquis pour le compte

de l’écurie Mister Ess, c’est-à-dire Chris Sveas, également propriétaire de

Stormy River. Mais le top price à 100.000€, s’il est aussi acheté par Nicolas

Clément, revient à un client américain. C’est le #421, une soeur de Coupe de

Champe (Take Risks) et d’Obrigado (Enrique) par Lando présentée par le Haras de

Grandcamp. « C’est un des meilleurs pedigrees de la vente et son acquéreur a

été séduit par Obrigado », a précisé Nicolas Clément. Co-éleveur de ce yearling

avec Didier Blot, Christian de Asis Trem a prévenu l’entraîneur : « Vous n’avez

pas fini d’entendre le téléphone sonner ! » On notera que les produits de la

croissance ont été également répartis sur l’ensemble de la vente puisque les

treize premiers prix ont été présentés par dix vendeurs différents. Le Haras de

Grandcamp d’Eric Lhermite avait le plus gros consignment d’octobre avec 30

sujets adjugés sur 40 présentés, à une moyenne de 29.033€ (+42%). Etreham,

toujours un gros acteur, a vu son chiffre d’affaire presque doubler à 832.000€

pour 23 poulains vendus au lieu de 17 en 2006. Les Capucines d’Eric Puérari

présentaient beaucoup plus de yearlings que l’an dernier. Leur chiffre d’affaires

est ainsi passé de 285.000€ à plus d’un million, avec 18 lots vendus (75%)

contre 7 en 2006. Il paraît presque naturel d’afficher des hausses pareilles

après l’enthousiasme d’août. Pourtant, le marché secondaire en Europe a été

médiocre, cette année, et Arqana fait dès lors figure d’exception. Le nouveau

format, « adapté » à la demande, a sans doute joué son rôle là-dedans. Si des

ordres sont retombés sur la troisième journée, c’est aussi parce que beaucoup

n’avaient pas été servis les deux jours précédents, comme l’a noté Samuel

Blanchard. Ce dernier a réussi à acheter mercredi après avoir été plusieurs

fois battu les deux jours précédents.

Le créateur de l’écurie Winning et de l’écurie

de groupe Hélios a investi 72.000€ pour le #466, une fille de Fantastic Light

soeur de la gagnante du Prix Policeman 2004 (L) Hamriya (Alzao). « Je luttais

contre Paul Nataf et Marc-Antoine Berghgracht, a expliqué Samuel Blanchard, qui

passe jeudi à Deauville une des attractions du catalogue des trotteurs,

Occitane. Ce n’était pas une vente facile pour moi. La pouliche rejoint les

effectifs de l’écurie Hélios. Dans un premier temps, nous voulions nous

concentrer sur des chevaux prêts à courir mais nous venons de décider de nous

diversifier, car il n’est pas toujours facile de trouver des chevaux clés en main.

C’est notre premier yearling. Nous avons acheté quatre chevaux jusqu’alors,

dont deux ont déjà été revendus. » Maintenant, il faudra voir décembre. Y

aura-t-il un report positif sur ce marché subalterne et, à tout prendre, un peu

nouveau ? Pas sûr. Il est en revanche à prévoir que le marché des poulinières

sera très soutenu, non seulement parce que l’offre est supérieure cette année

grâce à quelques réductions d’effectifs opportunes, mais aussi parce que les

éleveurs français ont bien réalisé cette saison. Cela ne signifie pas

nécessairement qu’ils vont réinvestir, car ce n’est hélas pas dans leur

habitude. Le slogan « Pas de pétrole, mais des idées » a laissé des traces dans

la mémoire collective….