Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Balius empoche les 150.000€ du « défi »

Autres informations / 01.10.2007

Balius empoche les 150.000€ du « défi »

Dimanche 30, Strasbourg. Tout

comme c’était déjà le cas en 2006 où le Suisse Magadino allait dicter sa loi en

Alsace, empochant au passage la prime de 150.000 euros allouée au lauréat de

trois étapes, ce huitième rendez-vous du Défi du Galop disputé à Strasbourg

s’est révélé déterminant. Pourtant très décevant, sans raison apparente, à San

Sebastian, le 15 août dernier, alors que la forte prime lui semblait promise

après qu’il se soit adjugé les étapes toulousaine et bordelaise, Balius

(œillères pour la première fois) a brillamment remis les pendules à l’heure, ne

laissant aucune chance à ses rivaux lors du sprint final malgré un dernier

tournant négocié tout en dehors. Sur une piste très souple (3,9 au

pénétromètre) Miguel Blancpain et le représentant de la casaque Marinopoulos

ont sagement attendu leur heure au sein du peloton alors que le seul 3-ans de

l’épreuve, Nearby assurait le commandement bien qu’absent de toute compétition

depuis le 24 avril dernier. Ce dernier allait nettement rentrer dans le rang à

la sortie du dernier tournant où Lockup, Marend et Solsiste s’expliquaient

détachés de Balius qui était contraint de virer tout en dehors. Soutenant magnifiquement

son effort jusqu’au bout, le protégé de Carlos Laffon-Parias disposait sûrement

de l’opposition dans les 200 derniers mètres effaçant ainsi son dernier échec

qui restera certainement à tout jamais inexplicable comme l’a signalé Miguel

Blancpain : « Je n’ai pas reconnu mon cheval dernièrement, en Espagne, mais il

m’a totalement rassuré cette fois, étant bien à son travail, certainement servi

par les œillères qu’il portait pour la première fois. Je me suis pourtant fait

un peu de souci dans le dernier tournant lorsque le concurrent situé devant

mois s’est soudainement arrêté ce qui m’a contraint de progresser en épaisseur.

Jusque là, nous avions bénéficié d’un excellent parcours mais le fait de virer

au large aurait pu se révéler préjudiciable. Il n’y en a rien était et Balius,

bien que prenant le meilleur un peu tôt dans l’ultime ligne droite, est bien

reparti sous mes sollicitations, s’imposant avec beaucoup d’application. Je ne

connais pas encore la suite de son programme, mais je pense qu’il devrait

désormais se présenter au niveau supérieur… »