Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Court metrage, longue histoire

Autres informations / 27.10.2007

Court metrage, longue histoire

SPÉCIAL BREEDERS’ CUP

Vendredi 26, Monmouth (États-Unis). « Pour être

franc, jepense qu’aucun d’entre nous ne l’a vue avant l’entrée de la ligne droite

», a avoué un des trois copropriétaires de Maryfield (Elusive Quality), venue

des derniers rangs le long de la corde pour enlever la première édition du

Breeders’Cup Filly&Mare Sprint (Gr1), sur 1200 mètres devant 27.803

spectateurs. Il faut dire qu’ils ne sont pas dans le business depuis longtemps.

Si l’un d’entre eux, Mark Verge, est un ami de l’entraîneur, Doug O’Neill,

depuis la classe de 6 et allait aux courses avec lui dès l’âge de 10 ans, le

plus récent des associés, Nick Mastrandrea, a découvert les courses sur le

tournage du film Seabiscuit, où il se trouvait comme traiteur ! L’histoire de

Maryfield n’est d’ailleurs pas si éloignée du scénario de ce blockbuster

hippique : la jument a été réclamée 50.000$ à Woodbine en janvier 2006. Elle n’a

pas arrêté, depuis, de grimper les échelons, pour remporter vendredi, sous un

déluge, son premier Groupe 1 et doublé ses gains après avoir enlevé plus de

600.000$ depuis sa réclamation et avant vendredi. Comme prévu, un duel a opposé

dès le début la favorite DreamRush (Wild Rush) à La Traviata (Johannesburg), la

seconde jetant rapidement les armes. Dream Rush avait encore l’avantage pour

entrer dans la dernière ligne droite, mais il a payé ses efforts du début

tandis que Miraculous Miss (Mr. Greeley) fondait sur lui le long du rail, et

que Maryfield venait pour sa part tout en dehors et prenait le dessus pour

finir. « Ils sont allés trop vite devant », a tout de suit fait remarque Elvis

Trujillo, jockey de la lauréate. Le premier quart de mile a été couvert en

21’’29 et le second en moins 23’’…Toutefois, l’entraîneur de Dream Rush,

Richard Violette, estimait : « 44’’ pour les premiers huit cents mètres, elle

peut le faire. Je pense qu’elle n’a pas aimé la piste. Que voulez-vous qu’on

fasse ? C’est un sport de plein air. Elle sera à vendre aux ventes de

Fasig-Tipton de novembre. Vous pouvez l’acheter. » Le plan, avant vendredi,

était aussi de vendre Maryfield aux ventes de Keeneland. Mais au cours de la

Conférence de presse qui a suivi la victoire, les propriétaires se sont dits un

peu plus hésitants.