La nouvelle de bob

Autres informations / 28.10.2007

La nouvelle de bob

SPÉCIAL BREEDERS’ CUP

Samedi 26, Monmouth (États Unis). Gagnant du Breeders’Cup

Juvenile Fillies (Gr1) en 1998 avec la favorite Silverbulletday, l’entraîneur

Bob Baffert a pu ajouter son nom au palmarès grâce à la victoire d’Indian Blessing,

une fille d’un autre de ses pensionnaires, le beau Indian Charlie. Même si la

course était sponsorisée par une marque de vodka française, et précisément bretonne,

Bob Baffert n’a pas fêté l’événement à la russe, mais en se désaltérant d’une

bête bouteille d’eau. Un hommage aux averses ? Peut-être. Toutefois, la

facilité du succès d’Indian Blessing, acquis de bout en bout sans qu’elle

puisse être approchée dans les six cents derniers mètres, laisse peu de regrets

à ses suivants. Si elles ne se sont pas sorties de la piscine de Monmouth, tant

pis pour elles, mais Indian Blessing les a juste oubliées en route. « C’était

rigolo », a résumé l’entraîneur aux chevaux d’argent. La veille dans le Daily Racing

Form, quotidien des courses aux USA, il était revenu sur le fait que les

revenus de son écurie étaient passés à moins de 6 millions de dollars pour la

première fois depuis 1996 en 2005. Ils se limitaient à 4,4 millions de dollars

vendredi soir – ce qui le placerait tout de même à la 5e place de l’actuel

classement français des entraîneurs. C’est bien, mais pas assez pour lui. « Si

vous ne gagnez pas, vous ne vous amusez plus, avait-il avoué. À un moment

donné, vous devenez un peu amer. Dans les courses, vous êtes tantôt le

moustique, tantôt le parebrise. Vous sortez de chez vous et vous apprenez. » La

prestation d’Indian Blessing a surtout appris à ses adversaires qu’ils avaient

pas mal de boulot pour la battre. Les spécialistes américains philosophaient

samedi matin sur l’importance d’avoir déjà emprunté un parcours à deux virages

pour les 2ans, c’est-à-dire généralement sur plus de 1600 mètres. Même Baffert

avouait : « On ne sait jamais ce que ça donne tant qu’on ne l’a pas fait. »

Invaincue désormais en trois sorties dont deux Groupes 1, sa pouliche a tourné

deux fois samedi. Ça n’a pas changé grand-chose à la conclusion de l’histoire.

Si la deuxième Proud Spell (Proud Citizen), jusqu’alors invaincue elle aussi en

trois courses, a refait plus de deux longueurs sur la lauréate, elle est restée

à plus de trois longueurs d’Indian Blessing. Indian Blessing est bien partie

pour réussir le doublé Juvenile Fillies-Kentucky Oaks réalisé par

Silverbulletday avant elle. Hier à Monmouth, Bob Baffert était derrière le

pare-brise d’un sacré bolide. Le père de la gagnante, Indian Charlie, est

lui-même un fils de Soviet Sojourn, 11ème de cette même course en 1991 sous les

mêmes couleurs, celles de Hal et Patti Earnhardt, qui déjà l’avaient confiée à

Bob Baffert. Hal vend pour un milliard de dollars de voitures par an en Arizona

et c’est le plus ancien client de l’entraîneur, qui entraînait encore des

quarter horses quand ils se sont connus. Ensemble, ils ont gagné le Santa Anita

Derby (Gr1) avec Indian Charlie. Indian Blessing les récompense de leur

fidélité. Pourtant, ce n’est pas la meilleure de l’écurie. Baffert et Hal lui

préféraient Behaving Badly jusqu’à ce qu’elle déçoive dans une course

préparatoire, et l’entraîneur serait parti favori avec Cry and Catch Me si

cette pouliche n’avait pas été fiévreuse au cours de la semaine.