Lahudood sans frontieres

Autres informations / 28.10.2007

Lahudood sans frontieres

Samedi 27, Monmouth (États Unis). Disputé sur une piste

bien détrempée, le Breeders’Cup Filly&Mare Turf (Gr1) a souri à une des

ex-françaises du lot, Lahudood (Singspiel), sous les couleurs de son éleveur,

Shadwell. Entraînée en France par John Hammond, pour lequel elle remporta le

Prix de Liancourt (L) avant d’être devancée par la seule Montare dans le Prix

de Royallieu, la petite-fille d’Arazi a bénéficié d’un parcours limpide dans

une course un peu compliquée. Dans le deuxième virage, l’animatrice Simply

Perfect (Danehill) s’est dérobée, emmenant dans son sillage Precious Kitten

(Catienus) et Arravale (Arch). Elle devait être arrêtée en face mais elle avait

dans l’incident ruiné les chances de ses deux infortunées compagnes. Du coup,

Argentina (Sadler’s Wells) s’est retrouvée en tête avec Lahudood à sa hanche,

un rang devant Passage of Time (Dansili), qui voyageait en dehors, par à-coups.

Dans le tournant final, Lahudood a fait le premier pas alors que Passage of

Time faisait le grand tour. Pour entrer dans la ligne droite, la pensionnaire

de Kiaran McLaughlin avait pris deux longueurs mais Passage of Time n’était pas

loin. Il lui suffisait de reproduire l’effort fourni dans le Prix Vermeille

pour prendre la troisième place. Sauf que là, alors que la piste était

copieusement arrosée pour la servir, alors qu’elle bénéficiait de plus de

fraîcheur que la plupart de ses adversaires, la pensionnaire de Henry Cecil n’a

pas accéléré. Elle a même perdu la deuxième place pour finir lorsque Honey

Rider (Lasting Approval), qui l’avait suivie dans sa progression, a prononcé

son effort. Les autres ex-françaises ont fait pale figure. Argentina a cédé

pour finir, et Danzon n’a jamais été dangereuse. Lahudood avait été

supplémentée pour participer à la course. Selon Rick Nichols, manager de

Shadwell aux Etats-Unis, l’éleveur-propriétaire avait toujours davantage estimé

cette fille de Singspiel que ses récipiendaires. Aussi lorsqu’elle a été battue

nettement dans les Beverly D Stakes (Gr1), le cheik a dû les persuader

d’oublier la course et de continuer comme si de rien n’était. Kiaran McLaughlin

expliquait ainsi : « Lorsqu’elle est arrivée d’Europe, elle ne nous a pas

impressionnés. Mais elle a certainement franchi un cap. Surtout depuis sa

dernière victoire. Elle s’entraînait toujours mieux et j’ai repris confiance en

elle, alors que j’avais un peu perdu la foi à Arlington (après les Beverly D Stakes,

ndlr). »