Le book en liberté conditionnelle

Autres informations / 25.10.2007

Le book en liberté conditionnelle

Le lobbying d’Unibet a déjà porté ses fruits.

Arrêté lundi à Amsterdam, le PDG de la firme de bookmaking qui prend

illégalement des paris sur les courses françaises, a été remis en liberté conditionnelle

mercredi. Cela étant, il n’a plus de passeport dans la poche (le sien a été

saisi par le Procureur néerlandais) et n’a pas le droit de quitter les

Pays-Bas, ce qui est un peu embêtant pour quelqu’un qui vit à Londres. Mais

surtout, il est sous la menace d’une demande d’extradition de la part de la France,

qui avait émis contre lui un mandat d’arrêt européen parce que Petter Nylander

ne s’était pas présenté à une convocation d’un juge de Nanterre. Comme un

opérateur dans le collimateur de la France, zeturf.com, Unibet est installé à

Malte, mais il est côté à la Bourse suédoise… et fait le gros de son chiffre

d’affaires avec des parieurs français et néerlandais… tandis que son PDG, comme

nous venons de l’écrire, vit en Angleterre ! Ce profil très international

(l’homme est partout, et donc nulle part) est la base même de son business et

de sa ligne de défense actuelle : « Nous ne cesserons pas [de prendre des paris

sur les courses françaises]. Nous ne faisons rien d'illégal, car nous avons une

licence pour la Grande-Bretagne. Selon les règlements européens, si vous avez

une licence dans un pays membre, vous êtes autorisé à l'utiliser dans d'autres pays

», a-t-il déclaré au quotidien batave De Telegraaf. Difficile de se prononcer

sur le sort qui attend Petter Nylander dans les jours qui viennent. Toutefois,

il n’est pas du tout certain que la France demande son extradition. Pourquoi ?

Parce que l’arrestation de Nylander a fortement agacé l’entourage de Charly

McGreevy, le commissaire européen qui a le sort de notre modèle entre ses

mains. En signe d’apaisement, la France pourrait lâcher du lest pour amadouer

McGreevy en laissant Nylander s’en tirer à bon compte.