Le croisement : du « lagardère » à l’envers

Autres informations / 06.10.2007

Le croisement : du « lagardère » à l’envers

Quand Patrick Barbe acheta le n°379 de la vente

Arqana d’Octobre 2006 (quelle providentielle publicité pour cette vente

incroyable qui, depuis longtemps, fournit un imposant contingent de bons

chevaux de groupe à des prix plus que raisonnables) à 30.000€, il pensait

vraisemblablement plus défendre son étalon que d’acheter une gagnante de

Cheveley Park Stakes. Nous avons vu que rien dans les deux parents ne pouvait

nous faire croire à un destin aussi classique, surtout à 2ans où la précocité ne

fait guère partie de notre tradition. Cependant, en élevage, il y a des

miracles, et Natagora en est un, mais ils s’expliquent à un moment ou à un

autre. Et pour ce qui nous concerne nous ne voyons que deux pistes et elles se

rapportent aux deux papys, aux deux grands-pères : Sunday Silence et Linamix

! Ces deux-là sont des reproducteurs totalement

hors du commun qui ont produit d’une manière extraordinaire. Et ce qu’ils ont

aussi en commun, c’est d’être issu de pères qui n’ont guère tracé (Halo le

meilleur, et Mendez le désastre).

Alors, la grise volante de Chantilly n’est

explicable qu’au travers de Sunday Silence ou de Linamix. Sa vitesse

intrinsèque nous inciterait à pencher pour le premier. Sa couleur et son brio

pour le protégé de Lagardère. Car les éleveurs français découvrent tous les

jours ces extraordinaires poulinières que sont les filles de Linamix. Reste

évidemment l’hypothèse d’un croisement magique, ou plutôt de la reproduction à

l’envers du croisement que Jean-Luc Lagardère s’est employé à faire ces quinze

dernières années, celui de croiser des filles d’étalons américains de vitesse

avec Linamix ! Natagora à l’envers ! Si Jean-Luc Lagardère nous regarde de son

coin de paradis, nous sommes certain qu’il brûle d’impatience de descendre pour

nous dire que c’est cette dernière explication qui est la bonne !