Le miracle permanent

Autres informations / 08.10.2007

Le miracle permanent

PRIX DU CADRAN

Dominique Bœuf et Le Miracle (Monsun) ont

construit leur « Cadran » (Gr1) d’une façon magistrale. Après un tour

d’observation, ils ont lancé la course au Moulin de Longchamp pour 2400 mètres.

C’était à l’évidence leur Arc de Triomphe. Le pensionnaire de Walter Baltromei,

l’ancien réclamer, a défié Yeats (Salder’s Wells), venu d’Irlande avec son

armure et son panache blanc pour soumettre les stayers continentaux, en lui

tournant résolument le dos. Il a ensuite creusé l’écart sans avoir l’air d’y

toucher. Mais Thierry Jarnet, qui en a vu d’autres, n’était pas dupe, en selle

sur Varévées : même si Le Miracle avait cédé contre Yeats dans la Gold Cup

(Gr1) à Ascot, même s’il venait de le devancer, il fallait s’en méfier. Le

jockey n’a donc pas tardé à réagir à l’attaque du leader. Yeats aussi a pointé

son nez à la fenêtre. On s’attendait alors à une fulgurance sans appel, et il

n’en fut rien. Yeats redevint le commun des mortels tandis que Le Miracle

donnait tout son cœur pour résister d’extrême justesse à la fin de course de

Varévées. Entraîneur du second, Joël Boisnard aurait signé pour cette place,

mais il ne songeait pas forcément à Le Miracle, 18 fois à l’arrivée en 27

sorties, pour le priver de la victoire.

Disputé dans la foulée, même longue, de l’Arc,

le championnat français des stayers, et les courses de tenue en général, n’ont

sans doute pas la publicité qu’ils méritent. On y joue de beaux actes, bien

écrits, bien construits, et ça reste beaucoup mois long que les souliers de

satin.

Ï Werner Baltromei, entraîneur de Le Miracle

(1er)

« Dominique (Boeuf) a monté une course

fantastique. Le cheval a très bien travaillé la semaine dernière et nous étions

confiants. Mais nous n’avons pas voulu trop en dire, car on savait que personne

ne nous croirait ! Il restera à l’entraînement et suivra le même programme

l’année prochaine. »

 

 

 

 

 

ï           Joel

Boisnard, entraîneur de Varevees (2ème)

« Je m’attendais à être battu par Yeats, pas

par Le Miracle ! C’est donc un Miracle ! C’était juste une question de foulées…

Elle a confirmé sa classe, aujourd’hui. Elle ne courra plus cette année mais

restera à l’entraînement l’année prochaine et suivra le même programme. »

 

ï           Aidan

O’Brien, entraîneur de Yeats (3ème)

«Il a bien couru mais il n’y avait pas beaucoup

de train. On a hâte de le revoir l’année prochaine. »