Le père, kingmambo, une exception royale

Autres informations / 23.10.2007

Le père, kingmambo, une exception royale

Il faut se rappeler ce petit cheval râblé qui

courut sept fois à 2ans pour la famille Niarchos et n’a gagné qu’une fois à

MaisonsLaffitte sur toutes ces tentatives de jeunesse. Il ne ressemblait à

rien, n’avait guère d’épaisseur tant François Boutin le travaillait, et ne

dépassait pas les 1,58m. Mais François était un entraîneur intuitif et

opiniâtre qui n’acceptait pas vraiment d’avoir tort, or c’était avoir tort que

d’avoir un poulain par Mr Prospector et Miesque, et de ne pas réussir à en

faire quelque chose. Comment échouer quand on a un père roi absolu du dirt et

une mère phénoménale ? François Boutin eut finalement raison et, à force de

l’éduquer à la dure, il persuada Kingmambo qu’il était bon ! Cet entêtement fut

convaincant puisque le fils de Miesque gagna à 3ans la Poule d’Essai Gr1, puis

les St James Palace Gr1 et le Moulin Gr1. Succès prestigieux qui ne firent

jamais de lui un champion, tant ces victoires furent laborieuses, son rating de

125 étant bien inférieur à celui de sa mère qui était à 132 ! Mais sa

naissance, ses Gr1, ses connexions, lui ouvrirent les portes de Lane’s End où

il commença à saillir au prix relativement modeste de 40.000$. Et une fois de

plus avec Kingmambo, ce petit cheval sans envergure s’imposa pour devenir un

immense étalon, faisant la monte à 300.000$. D’où vient l’évidente qualité

supérieure qu’il transmet à sa production ? Du père ou de la mère, tous deux

des légendes

? Malgré Lemon Drop Kid, vainqueur des Belmont

Gr1 et excellent étalon, nous persistons à croire que le terrain

d’épanouissement des Kingmambo est en Europe, et que cette réussite est celle

de sa mère, ou dit autrement de son grandpère maternel, Nureyev ! Bien que par

« Mr P. », comme disent les initiés, les produits de Kingmambo transmettent le

brio de Nureyev et de sa fille Miesque. La liste européenne des purs est

éloquente et indiscutable : King’s Best, El Condor Passa, Okawango, Bluemamba,

Dubaï Destination, Divine Proportions, Kingsalsa, Virginia Waters, cette année

Light Shift et Henrythenavigator. Il est le dernier étalon stationné aux USA

qui soit dominant en Europe. Il est le dernier d’une interpénétration des

élevages européens et américains qui ne se réalise plus guère.

Nous avons dit que Kingmambo est une «

exception » : en effet son histoire ici résumée montre bien que son rayonnement

s’est réalisé presque contre luimême, contre son modèle, contre son père,

contre l’Histoire récente, contre la réduction de nombre des juments, 65, qu’il

peut saillir chaque année. Kingmambo, roi malgré lui !