Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Les sanglots longs…

Autres informations / 28.10.2007

Les sanglots longs…

DIMANCHE À LONGCHAMP

… des violons de l’automne bercent mon coeur d’une

langueur monotone. La saison de L o n g c h a m p traîne en longueur et,

finalement, on n’est pas mécontent de passer à autre chose. Nous nous

languissons en envisageant le Royal Oak, qui n’est pas l’Arc : qui n’est pas

non plus le Conseil de Paris. Si l’on nous demandait notre avis, nous

fermerions Longchamp après l’Arc ou après sa revanche « municipale », et nous

recaserions le Royal Oak plus tôt dans l’automne, pourquoi pas au cours de

cette dizaine de jours qui précède l’Arc – où l’on court les réunions 1 à La

Goulette ou à Bône, sous prétexte que l’Arc doit être la seule course à 15

jours à la ronde ? Bon. Même si l’automne fait toujours preuve de clémence dans

la capitale, en cette fin octobre, l’hippodrome de Longchamp fermera bien ses

portes après cette ultime réunion dominicale. Une fois n’est pas coutume, les stayers

tiendront le haut de l’affiche. Programmé sur les 3100 mètres de la Grande

Piste, le Groupe I Prix Royal- Oak ne présente qu’un intérêt sportif relatif

même s’il va nous permettre de retrouver aux prises les principaux

protagonistes du Prix Gladiateur, disputé sur ce même parcours, le 16

septembre, mais également, et surtout, les deux premiers du marathon Prix du

Cadran disputé le week-end de l’Arc : Le Miracle [photo] et Varevees. Ce jour-là

les matelassiers présents au Bois de Boulogne n’envisageaient pas la défaite du

phénomène anglais Yeats mais la glorieuse incertitude du Turf en a voulu autrement

et c’est Le Miracle qui a offert un premier Groupe I à Werner Baltromei. Monté

avec beaucoup de maestria par Dominique Boeuf qui ne s’était pas laissé endormir

par l’absence de train, venant prendre le meilleur à un peu moins d’un tour du

but, pour ensuite durcir en progression et résister – d’extrême justesse – à la

belle attaque finale de Varevees, Le Miracle, ancien réclamer, a réalisé la

meilleure valeur d’une carrière pourtant bien remplie. Pourra-t-il rééditer

pareil exploit dans le Royal- Oak ? Rien n’est moins sûr car, selon un adage

bien connu, un homme averti en vaut deux, a fortiori s’il a endossé la casaque

de jockey… Thierry Jarnet et Varevees devront également garder un oeil sur Lord

du Sud s’ils veulent enfin épingler conjointement un Groupe I à leur tableau de

chasse. Malgré un terrain insuffisamment souple pour ses réelles aptitudes, le

protégé de Jean-Claude Rouget demeure un rival de poids. Quant à Latin Mood, en

constants progrès, Soapy Dancer, lauréat du Queen’s Vase, en 2006, et Anna

Pavlova, impressionnante lauréate du « Royallieu », ils ne se présenteront

sûrement pas en victimes expiatoires… Cette dernière est une lauréate en

puissance.