L’histoire vraie d’un petit éleveur français dans la cour des grands…

Autres informations / 13.10.2007

L’histoire vraie d’un petit éleveur français dans la cour des grands…

 

CHANCE ET BELLES HISTOIRES D’ÉLEVAGE

Ce texte aurait pu s’appeler : « Comment je me suis

retrouvé dans le Kentucky le lundi 10 septembre... » Ou encore : « Comment un

petit éleveur français est capable de briller à Keeneland ». Et demain, une de

ses protégées sera au départ du prix Thomas Bryon (Gr3). Une histoire à lire et

relire car elle montre qu’avec de la volonté, tout est possible dans le monde

de l’élevage !

« Passionné de courses et d'élevage depuis

toujours (j'ai 47 ans), j'ai acheté mon premier yearling à Deauville en août

2000 (une pouliche), puis un second en août 2001 (une autre pouliche), avec

comme objectif de créer à terme un petit élevage de qualité. C'est avec cette

seconde pouliche que l'aventure a vraiment commencé... Helsinka, fille de Pennekamp

et d'Helsinki, a rapidement pris de la valeur par l'avènement de sa proche

famille maternelle :

ï Street Cry, propre frère de sa mère, a

remporté la Dubaï World Cup (G1) en 2002 ;

ï Shamardal est devenu le meilleur 2 ans d'Europe

après son succès dans les Dewhurst Stakes (G1) en 2004. Puis il a confirmé en

2005, remportant successivement la Poule d'Essai des Poulains (G1), le Prix du

Jockey-Club (G1-devant Hurricane Run) et les St James's Palace Stakes (G1) ;

ï Street Cry a produit Street Sense, gagnant du

Breeders’Cup Juvenile (G1) en 2006, puis le Kentucky Derby (G1) en 2007.

A mesure de ces évènements, j'ai obstinément

refusé toutes les offres que l'on m'a faites pour ma jument, devenue entre

temps double gagnante sous l'entraînement de Laurent Cendra à Ploerdut

(Morbihan). Au moment de son entrée au haras, j'ai choisi de l'envoyer aux USA

pour la croiser à Giant's Causeway, père de Shamardal...

Stationnée à Gainesway Farm, Helsinka a d'abord

donné le jour à un poulain, lequel arborait le n°85 ce lundi 10 septembre à

Keeneland [photo]. Trois-quart frère de Shamardal, d'un modèle presque parfait

et doté d'un vrai mental de cheval de course, volontaire et énergique, il a été

acquis par Mike Ryan pour la somme de 500.000 US$, soit le 2e meilleur prix

pour un fils de Giant's Causeway au cours de cette session (le 1er étant le n°141,

une propre soeur du gagnant de G1 et désormais étalon Aragorn, vendue 1.500.000

US$).

Helsinka a donné le jour en 2007 à une

magnifique pouliche, elle aussi par Giant's Causeway, qu'elle a rencontré de

nouveau au printemps.

Initialement éleveur sans sol, j'ai acquis en

avril 2006 un petit haras à Pluméliau (Morbihan), que j'ai baptisé Haras du Jao

Glaz (Jao Glaz signifie "étalon bleu" en breton, référence à mes

couleurs). Ce yearling américain est le 6e foal que j'ai élevé. Avant lui,

j'avais présenté 2 pouliches yearlings en octobre 2006 à Deauville : Divine

Dolly (Numerous adjugée 10.000€), gagnante dès sa seconde sortie, et surtout

Macellya (Testa Rossa adjugée 22.000€), dont les débuts victorieux à Chantilly

dans le Prix de Valgenceuse ont été remarqués, et qui devrait être vue à son

avantage dans les courses de Groupe avant la fin de la saison (dixit son

mentor, Xavier Nakkachdji). Elle est, ce samedi, au départ du Prix Thomas Bryon

(Gr3).

J'ai aujourd'hui 5 poulinières superbes et très

bien nées dont bien entendu Helsinka, qui rentrera à Pluméliau le mois

prochain, pleine de Giant's Causeway…

Et voilà comment un petit éleveur du centre

Bretagne s'est un jour mêlé aux grands éleveurs américains, le temps d'une

vacation assez peu ordinaire, et inoubliable.

Thierry GRANDSIR

HARAS du JAO GLAZ