Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Million sales de goffs ireland : une présence française par ricochet

Autres informations / 02.10.2007

Million sales de goffs ireland : une présence française par ricochet

Le contingent français n’est pas pléthorique

mais cependant significatif : M.A.B., Robert et Rodolphe Collet, Gérard Larrieu,

François Rohaut, Richard Gibson, Paul Nataf, Hervé Barjot, Laurent Benoît,

Robert Nataf. Aucun d’entre eux n’avait acheté quand, à deux numéros de la

clôture, Robert Collet sauva l’honneur des frenchies en se faisant adjuger,

pour 105.000€, une superbe fille de Bachelor Duke au papier bien impressionnant,

puisque par Pharaoh's Delight, gagnante des Phoenix St Gr1, et grand mère du

gagnant de la Breeders Cup Turf, Red Rocks.

Cependant, outre le sursaut de Robert,

l’influence française s’est manifestée par plusieurs voies indirectes et assez

amusantes. En particulier sur le top de la vacation de ce lundi, le très beau

poulain #175, par Galileo et Onéreuse, qui a été acheté par Coolmore pour

650.000€. En effet, bien que Charlie Gordon Watson ait accompagné ce yearling

assez longtemps lors des enchères contre John Magnier, l’underbidder du fils de

Galileo n’est autre qu’Hervé Barjot, agissant pour le compte de Sean Mulryan,

bien qu’en compagnie de Dermot Weld.

Nous savions Hervé Barjot fin connaisseur, mais

nous supputons que son ardeur aux enchères a été aussi motivée par la mère du

poulain, Onéreuse, qui a déjà donné pour la famille Wertheimer la très brillante

Fidélité. Or on raterait un élément de cette histoire franco-française si l’on oublie

qu’Onéreuse elle-même a été vendue yearling aux frères Wertheimer par Eric

Puerari qui, à l’époque, travaillait avec… Hervé Barjot. Comme quoi on en

revient toujours à ses amours de jeunesse.

Ces faits rappelés, il y a aussi une sorte

d’infortune française puisque les frères Wertheimer ont cédé prématurément

Onéreuse à Newmarket, Fidélité n’ayant que 2ans, pour le plus grand bonheur de

Paget Bloodstock, une fine équipe irlandaise constituée de « boys » avisés de

Coolmore. Et c’est évidemment pour eux que Clare Castle a présenté ce top price

aux enchères.

En un mot, c’est surtout dans les pedigrees que

la France se retrouve, bien qu’en l’occurrence, le challenge d’Hervé Barjot

poussa le boss de Coolmore vers une somme qu’il ne pensait peut-être pas avoir à

mettre dans ce magnifique poulain, qui est le top de la première journée.