Nouveau marathon pour yeats

Autres informations / 06.10.2007

Nouveau marathon pour yeats

 

Il y a la Gold Cup (Gr1) à Ascot en juin, et le

Prix du Cadran (Gr1) en octobre à Longchamp. Ce sont les deux courses de

stayers qui comptent en Europe. Deux fois lauréat de la première, Yeats

(Sadler’s Wells) tente enfin sa chance dans la seconde.

Ce qui rend les courses de tenue si

intéressantes, c’est la longévité de ses champions, dont les prestations plaisent

tant aux Britanniques (on pense à Persian Punch et à Royal Rebel), mais c’est aussi

l’absence de calcul. Depuis que la tenue est un facteur négatif dans le cursus

d’un étalon, les stayers ont perdu tout complexe, un peu d’ailleurs comme les

sprinters, qui sont néanmoins plus nombreux – L’Abbaye en témoigne, avec 17 partants

contre 7 sur le marathon de Longchamp.

N’est pas champion stayer qui veut, du reste.

Pour sortir du rang, il faut tout de même de la classe, et Yeats en a : Aidan

O’Brien l’a longtemps laissé dans l’Arc et dit avoir sérieusement songé à l’y

maintenir. Dylan Thomas et Soldier of Fortune y avaient davantage à gagner, et

Yeats a donc repris le cours de son histoire, qu’il répétera l’an prochain.

Qui pour jouer les Kastoria, seule tombeuse du

champion ces dernières saisons dans des conditions normales – c’est-à-dire ailleurs

qu’en Australie et sur plus de 2400 mètres ?

Les espoirs français sont exclusivement féminins.

Varévées (Kahyasi) vient de battre Getaway dans le « Gladiateur » (Gr3) mais

elle monte encore d’un cran, ici, pour prendre le relais de la dernière femelle

au palmarès, Molesnes (1993). Ponte Tresa (Sicyos), autre madame, l’a déjà

battue. Belle Epine (Lord of Men) tente le grand saut sur 4000 mètres et au

niveau Groupe. L’allemand Le Miracle (Monsun) répond toujours présent.

Et il y a deux anglais, le vieux Balkan Knight

(Selkirk) et la plus jeune Juniper Girl (Revoque), qui n’ont pas souvent croisé

la route de Yeats, ce qui n’est certainement pas sans raison.