Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Peter chapple-hyam : l’aveu rare d’un entraîneur effondré

Autres informations / 09.10.2007

Peter chapple-hyam : l’aveu rare d’un entraîneur effondré

L’ANALYSE

Authorized (Montjeu) est le leader

incontestable d’une génération décevante. Ses victoires impressionnantes du

Derby d’Epsom Gr1 et des Juddmonte International GR1, où il ne laissa aucune

chance à Dylan Thomas (Danehill), font de lui un grand cheval classique, celui

qui a montrer de la classe à l’état pur. Celui dont on se rappellera, plus tard.

Mais dimanche, comme chacun a pu le constater,

Authorized n’était pas en mesure de gagner quoi que ce soit. Nous avions déjà

été intrigués aux écuries par son aspect trop calme et paisible, lui qui d’habitude

donne du fil à retordre dans l’avant-course.

Face à la prestation catastrophique de son protégé,

son entraîneur, Peter Chapple-Hyam s’est livré, auprès de nos confrères

britanniques du Racing Post, à une autocritique rarissime qui fera date. En

effet, après une telle contre-performance objective, de surcroît celle d’un

champion incontestable qui restait sur une victoire époustouflante, l’entourage

et l’entraîneurs invoquent habituellement des facteurs, non identifiés sur

l’instant, qui seraient responsables de « l’absence » de leur champion : cela

va du voyage à l’état de la piste, du climat à une éventuelle mauvaise analyse

de sang, d’un incident de course à la suspicion d’un virus. Bref, on invente

une explication. Rien de tel avec un Chapple-Hyam qui n’a rien camouflé de ses

sentiments et de sa responsabilité pleine et entière : « Après la course,

j’étais comme vidé et abattu. Je pensais avoir Authorized au top pour l’Arc, et

en fait, sans m’en rendre compte, je l’ai cuit en lui en demandant trop ». Et

il ajoute dans une sorte de déprime de défaite : « Je m’en veux (I blame

myself) ». Certes, pour nuancer son autocritique, il reconnaissait que son N° à

la corde ne l’a pas aidé, le contraignant à une dernière place pénalisante dans

le peloton, mais on sentait bien dans son propos que son cheval n’était pas

lui-même à Longchamp et qu’il s’estimait être le seul responsable, ayant sans

doute sous-estimé les courses dures qu’Authorized a dû encaisser (JDG pense

surtout aux Eclipse St où il se livra à une lutte éprouvante avec le vieux cuir

Notnowcato).

Une telle sincérité est exceptionnelle, et on

se doit de féliciter Peter Chapple-Hyam pour son attitude « vraie » qui

tranche.