Jean d’angely bat le faux train

Autres informations / 26.11.2007

Jean d’angely bat le faux train

Dimanche

25, Auteuil. On préférait de beaucoup Remember Rose (Insatiable) à Jean

d’Angely (Pelder) au départ de ce Prix Morgex (Gr3), premier essai au niveau

groupe du pensionnaire de Frédéric Danloux. La course ne se résumait d’ailleurs

pas à ce seul duel puisque Paon du Houx (Le Balafré) restait sur deux victoires

en steeple tan- dis que Moscantido (Villez) avait été mis au frais par Marcel

Rolland pour cette course.

On

en a eu pour notre argent, même si le premier circuit ne s’est pas déroulé très

vite, sous le commandement de Moscantido, de Mildon (Milford Track) et de Paon

du Houx. Dans la ligne d’en face, Jean d’Angély était encore à la dernière

place tandis que le favori Remember Rose était déjà à l’affût dans le sillage

des leaders. Grâce à quelques sauts impressionnants, le fils de Pelder s’est

retrouvé sur la ligne des chevaux de tête en dehors, presque malgré son jockey

et c’est à lui qu’est revenue l’initiative à la Double barrière, où Paon du

Houx et Moscantido ne lâchant pas prise après un parcours aussi facile.

Cependant,

sur le plat, malgré un moment de flottement, et tandis que Remember Rose se

ressaisissait, le parte- naire de Fabien Dehez a bien contenu l’effort de

Remember Rose, qui a pris une deuxième place plus nette que le laisse supposer

l’écart de trois quarts de longueur qui le sépare de Paon du Houx et

Moscantido.

«

Ils sont allés au trot, a noté Frédéric Danloux, soulagé. Mon cheval n’a pas de

métier et il pouvait être piégé. Il s’est retrouvé en tête beaucoup trop tôt.

Idéalement, il aurait dû sauter la dernière derrière les chevaux de tête. Il va

main- tenant se reposer et comme je n’emmène pas des chevaux à Pau pour prendre

le soleil, ce sera avec Bayokos. »

Jean-Paul

Gallorini, entraîneur de Remember Rose, regret- tait d’avoir conseillé à

Christophe Pieux de temporiser : « Il a été pris de vitesse, a-t-il remarqué,

et le gagnant est un bon cheval. Cela dit, nous lui rendions trois kilos et il

n’y a qu’une longueur à l’arrivée. »

Une

course sélective aurait sans doute allongé les écarts pour finir, mais il n’est

pas acquis que l’ordre aurait beau- coup changé.

Élevé

par Jean-Luc et Dominique Desille à Beaufai dans l’Orne, Jean d’Angely est issu

d’une sœur de Vieux Beaufai. Il a été acheté 12.000€ aux ventes mixtes de

décembre 2005 à Deauville par Jean-Pierre Deroubaix pour les frères Danloux. Sa

mère, Jaune et Or, est morte en début 

d’année,  à  21 

ans,  alors  qu’elle 

était  pleine de Califet. Jaune et

Or avait terminé quatrième de cette même course en 1990 derrière Ultra

Rochelais et El Triunfo, notamment, sous les couleurs du regretté Patrick de

Legge, et sous l’entraînement de Frédéric Danloux.