Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Deauville, sa plage...

Autres informations / 04.12.2007

Deauville, sa plage...

DEAUVILLE, SA PLAGE...

Douze réunions de douze courses se déroulent

cet hiver sur la PSF de Deauville-Touques du mardi 4 décembre au samedi 12

janvier.

Le nouveau parcours a vu le jour en 2003 et le

programme hivernal normand s’est considérablement enrichi depuis. D’une soixantaine

d’épreuves en 2003/2004, il est passé à 90, 110, 134 puis 144 courses cette

saison le transfert d’une partie du programme de MaisonsLaffitte, en travaux, a

provoqué le début du meeting dès novembre.

Très vite, en effet, ce programme « consolatoire

» a fait le plein. Les entraîneurs parisiens et deauvillais ont pu garder à

l’entraînement des chevaux de niveau généralement modeste et trouver dans ce

nouveau calendrier une bonne occasion de les exploiter pendant que les

meilleurs hivernaient.

Chaque année, le programme s’est donc développé

pour répondre à cette demande, avec une moyenne de plus de quinze partants par

départ et de nombreux éliminés.

La piste en sable fibré est réputée plus rapide

en hiver qu’en été, a fortiori le matin.        

« On observe sur la PSF de Deauville une

différence énorme dans les temps entre les meetings d’été et d’hiver, a déclaré

Christian de Lagarde, du bureau des Études et des Projets de France Galop, plus

généralement l’expert en revêtement de la société mère, à La revue du Galop. La

piste est à l’évidence beaucoup plus rapide par temps froid, car moins

profonde. En ne prenant en compte que les derniers 400 mètres des épreuves,

lorsque les chevaux sont au maximum, on note un décalage d’environ deux

secondes, soit cinq secondes au kilomètre. »

Une étude scientifique dont le but est de

déterminer quelles caractéristiques des sols assurent une meilleure sécurité et

un meilleur confort du cheval, le Projet Sequisol, est actuellement en cours.

Pilotée par les Professeurs Nathalie Crevier-Denoix et Henri Château, de

l’école vétérinaire de Maisons-Alfort, avec l’aide du Cirale de Dozulé, elle s’est

d’abord concentrée sur les trotteurs. Cependant, de premières mesures ont été

effectuées à Deauville, sur le gazon et sur la PSF, à la fin du mois d’octobre

et au début du mois de novembre. Ces premiers essais, moins poussés que ceux

réalisés depuis juin 2006 au trot avec une ingénierie plus adaptée au sulky,

semblent néanmoins indiquer que les deux surfaces sont très proches, du moins

dans l’étude du comportement du cheval.

Pour le moment, les observations ont été faites

sur un galopeur lancé à 20km/h, soit un petit canter, mais les relevés des

instruments de mesure utilisés sont très proches d’une surface à l’autre. « La

forme des tracés est presque la même, y compris dans les détails, a noté le Pr

CrevierDenoix. On trouve davantage de disparités en comparant les relevés

effectués au trot sur le sable concassé et le sable fibré huilé des pistes de

Grosbois. Nous n’avons pas pu utiliser tous nos instruments de mesure au galop,

ni synchroniser ceux que nous avons employés. La caméra à grande vitesse (600 images/seconde

au lieu de 25 au cinéma, ndlr) qui nous permet de filmer l’action du cheval

dans les moindres détails à l’aide de marqueur n’a pas pu être vraiment

exploitée non plus, pour l’instant. » Pourtant, l’aptitude à la PSF de certains

chevaux leur permet de réaliser une sur-valeur sur ce tracé.