L’autre rouget

Autres informations / 17.01.2008

L’autre rouget

Mercredi 16 janvier, Cagnes.

Sur un terrain

très lourd au pénétromètre donné à 4,9, deux pelotons de 3ans tenaient le haut

de l’affiche. Ces deux épreuves, initialement prévues sur les 1500m de grande

piste, avaient été déplacées sur les 1400m de la PSF (cf. JDG d’hier). Dans le prix Louis Gautier

Vignal, course D, des concurrents déjà confirmés s’alignaient dont certains

pourraient se projeter vers le prix de la Californie (L). Si la grande favorite de

l’épreuve, White Spire (Septième

Ciel) l’a emporté, elle a dû s’employer pour résister jusqu’au bout à la

pression d’High Days (Hennessy)

après avoir dirigé l’épreuve. Ces deux pouliches ont laissé leurs adversaires à

une distance non négligeable, quatre longueurs, et sont respectivement entraînées

par François Rohaut et Alex Pantall. La gagnante est d’ores et déjà programmée

pour la Californie.

Dans le lot

d’inédits, le plus en vue des deux Rouget au départ, Récit Biblique (Kendor) a laissé son compagnon de box, Golden Swing (Miesque’s Son) les

honneurs des débuts. Acheté aux ventes d’Arqana pour 12.000€, il permet de

dévoiler l’attrait qu’exerce aux yeux de Jean-Claude Rouget son père Miesque’s

Son.

Concernant

Récit Biblique, 4e, l’entraîneur palois faisait remarquer qu’il

s’exprime mieux lorsqu’il peut être devant, ce qui ne fut bien sûr jamais le

cas ici. Pelvoux (Diktat) a aussi

dévoilé des moyens dès lors qu’il a pu trouver l’ouverture pour prendre la 2e

place. Le deuxième accessit de Maroni

satisfaisait François Rohaut qui promet des progrès à ses prochaines sorties au

fils d’Oasis Dream.

 

INALTERABLE TIGRON

A 7ans, Tigron (Lion Cavern) s’est fait son

jardin privé du prix Charles Gastaud, traditionnel handicap quinté cagnois. Il

l’emporte, en effet, pour la seconde fois après une première en 2006. Et l’an

dernier, il en avait pris la 3e place sous le top-weight de 60kgs.

Les conditions présentes étaient plus clémentes, avec un fardeau allégé à

54,5kgs. Il n’empêche, la régularité (ou ponctualité) de ce pensionnaire de

Corine Barande-Barbe méritait d’être soulignée.