Enfin, les courses sont sur internet !

Autres informations / 01.02.2008

Enfin, les courses sont sur internet !


 

L’Institution des courses françaises a été prudente. Alors

qu’elle vient de donner naissance à un service révolutionnaire, dont elle peut

légitime- ment être fière, elle a choisi la discrétion : pas de communiqué de

presse, pas de publicité auprès de ses membres ou de ses clients. La raison de

ce lancement en douceur est facile à expliquer. Quand on lance un site proposant

des flux de données aussi lourds, on ne peut se passer d’une phase de rodage,

qui permet de tester le site avec un nombre d’internautes peu élevé. Peu

importe. L’essentiel est là : enfin, après de longs mois d’attente, chacun

pourra enfin regarder les courses sur Internet, en léger différé. En attendant

la télévision sur téléphone mobile, à laquelle Equidia est candidate, c’est la

première grande nouvelle de l’année 2008.

C’est nouveau. Depuis le début de la semaine, les vidéos des

courses PMU sont disponibles sur un site spécialisé : www.chvideo.fr

Développé par France Galop, le Cheval Français, le PMU et

Equidia, ce nouveau service permet à tous d’accéder à l’ensemble des courses

françaises, diffusées sur Equidia, lors des neuf derniers mois. Aucune condition

préférentielle n’est requise. Du professionnel au parieur, du spécialiste au

novice, la procédure est la même et les possibilités offertes rigoureusement

identiques.

La communication n’est aujourd’hui pas à l’ordre du jour de

la part du pool fournisseur du service. On peut supposer que cela procède d’un

choix « industriel », pour assurer la montée en puissance de l’offre sans

affronter une demande excessive.

Tous les habitués des sites du PMU, Equidia, France Galop ou

du Cheval Français vont donc se lancer dans l’auto- apprentissage.

On peut également imaginer que l’expérience du même ordre,

menée au printemps 2007, qui offrait aux détenteurs de comptes internet au PMU,

un libre visionnage des courses de la journée, a permis de bien sérier les

besoins. Les tests effectués par JDG permettent de distinguer une partie

gratuite, circonscrite aux courses du Quinté et aux Grands Prix (tous groupes

1), d’une partie payante. Dans la plateforme gratuite, la parité galop/trot a

été parfaite- ment respectée puisque quatorze Grands Prix, soit sept au galop

et sept au trot, sont accessibles. Il s’agit au galop de la Grande Course de

Haies d’Auteuil, du Grand Steeple Chase de Paris, du Prix Ferdinand Dufaure, du

Prix La Haye Jousselin, du Prix de Diane, du Prix du Jockey-Club et du Prix de

l’Arc de Triomphe. L’offre pro- pose les trois dernières éditions de chaque

course.

La plateforme payante propose toutes les courses diffusées

sur Equidia depuis les neuf derniers mois. Pour les voir, il faut payer un

forfait : 65 vidéos pour 10€, 135 pour 20€, 345 

pour 50€  et 700  pour 

100€. L’interface  de recherche

semble assez puissante, dans l’esprit d’une fonctionnalité multicritères. Les

variables de recherche incluent les données : date, nom d’une course, nom d’un

cheval, d’un entraîneur, jockey… Suffisamment pour trou- ver la course de son

choix.

France Galop a, d’ores et déjà, intégré des liens vers les

vidéos des courses dans le volet performances de son site. Dès lors, la lecture

de la carrière d’un cheval peut dorénavant s’agrémenter des images de ses

prestations. Un détail : les courses étrangères, même celles relayées par

Equidia, ne sont pas accessibles, car la France n’a acheté les droits que pour

une diffusion sur la chaîne du cheval.

Nous reviendrons plus en détail, dans une prochaine édition,

sur cette innovation attendue depuis si longtemps.