Le défi du galop, c’est reparti !

Autres informations / 24.02.2008

Le défi du galop, c’est reparti !

Vendredi, en

fin d’après-midi, les animateurs du Défi du Galop se sont réunis à

Cagnes-sur-Mer pour décider de l’avenir du challenge en 2008-2009. Diverses

questions étaient au programme, dont les principales ont été reprises le

lendemain, samedi, lors d’une conférence de presse organisée en fin de matinée

sur l’hippodrome de la Côte d’Azur, à laquelle assistaient également Bertrand

Bélinguier, président du PMU, Thierry Delègue, Directeur général délégué de

France Galop, et Elodie Garamond, qui dirige le Département propriétaires. Nous

abordons toutes ces questions dans le petit dossier qui suit.

L’hôte de la

réunion, François Forcioli-Conti (président de la Société des courses de la

Côte d’Azur), nous a déclaré : « La première année [2005-2006], notre

priorité était d’améliorer le rating de nos courses – ce que nous avons fait.

La deuxième année [2006-2007], notre priorité était l’internationalisation –

nous y avons répondu en intégrant Pise et Baden Baden. Cette année, nous

poursuivons notre développement avec les entrées d’Avenches, en Suisse, et de

Compiègne. Et nous allons essayer de développer notre notoriété auprès du grand

public. »

Bernard

Ferrand, grand animateur de ce challenge, a surenchéri : « Deuxième

édition et deuxième succès. Le Défi, ça marche ! C’est la preuve que

c’était une bonne idée. Pour la deuxième année consécutive, un propriétaire va

encaisser un bonus de 150.000€. Cela veut dire, si l’on cumule les allocations,

les primes et le Bonus, un cheval comme Balius va encaisser 270.000

euros ! C’est comme s’il avait gagné un Gr1 ! Mais le Défi, ça marche

aussi par la qualité exceptionnelle du groupe que nous constituons. Cette

entente parfait entre les dix plus grosses sociétés de courses françaises, ce

n’était pas évident. Et c’est une de nos grandes fiertés. Notre troisième grand

sujet de satisfaction, ce sont les résultats techniques du Défi du Galop. On voit

l’évolution des ratings (lire par ailleurs). Nous sommes très au-dessus de nos

objectifs. La fréquentation aussi est très bonne : 50.000 entrées payantes

sur l’année. Et le chiffres d’affaires PMU sont en augmentation. Nous aurons

progressé de 20% entre 2006 et 2007. »