Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Les mercenaires de mont-de-marsan

Autres informations / 29.02.2008

Les mercenaires de mont-de-marsan

 

Jeudi 28 février, Deauville. Les lauréats des 2 courses D pour 3 ans

présentaient un profil assez similaire. En effet, Dixie Girl (Green

Desert) et Artiking (Kingsalsa) sont tous deux entraînés par Jean-Claude

Rouget et restaient sur une victoire, sur l'hippodrome de Mont-de-Marsan, en

terrain lourd.

Dans la

première épreuve du programme, Dixie Girl s'est littéralement jouée de

l'opposition, gagnant avec 5 longueurs d'avance sur Vytinna (Victory

Note), qui est tout de même placée de listed l'an passé. A partir du moment où

elle a relayé Equinoreva (Enrique),

la fille de Diasilixa (Linamix) (lauréate du Prix de Royaumont – Gr 3)

s'est retrouvée seule au monde pour filer au poteau, permettant du même coup à

Christophe Soumillon, pour sa première monte de l'année, de commencer par une

victoire. On peut sans doute penser que Dixie Girl (par ailleurs engagée dans

le Prix Saint-Alary, la Poule

d'Essai des Pouliches et le Prix de Diane) semble posséder une certaine

progression ; il sera intéressant de la voir évoluer à un niveau plus relevé.

Quant à son opposante théorique, Zaltana (Cherokee Run), après un

parcours nez au vent « elle n'a pu réellement accélérer dans la phase finale

» nous a déclaré Stéphane Pasquier.

Dans le pendant

pour les mâles, Artiking (Kingsalsa)

s'il a gagné avec moins d'écart que sa compagne d'entraînement, ne l'a pas

moins fait dans bon style. Il permet à l'autre rentrant chez les jockeys, Christophe

Lemaire, de commencer l'année sur une victoire. Vite en tête, Artiking n'a

jamais été inquiété dans la ligne droite par le retour de De Charpentier (Rock

of Gibraltar), qui avait tendance à pencher sur sa droite à la sortie du

tournant final, se montrant ce jeudi assez délicat. Pour son jockey : «

c'est un cheval encore un peu tendre, qui a besoin d'apprendre son métier ».

La troisième place revient à El Puerto (Verglas), qui a refait du

terrain dans la phase finale. Acquis fin décembre dans un « réclamer » par

Valérie Dissaux, il prouve son aptitude à cette piste. A noter que le lauréat,

contrairement à sa compagne d'entraînement, n'a pas les engagements classiques

de celle-ci.

Au sujet de ses

2 pensionnaires, Jean-Claude Rouget nous a déclaré : « Le fait d'être sans

doute plus prêt que les autres leur à permis de gagner. Maintenant, pour la

suite de leur programme, nous n'avons pas le choix, ils seront orientés soit

vers une « B » ou une listed. »

 

MEZZO

FORTISSIMO

Dans la

dernière course à condition de la journée, Mezzo Forte (Stravinsky) a

permis à Jean-Claude Rouget de réaliser le score parfait, avec 3 victoires pour

autant de partant. Il est vrai que son pensionnaire découvrait de belles

conditions de course pour effectuer sa rentrée. Bien que découvrant le sable,

il n'a pas hésité à animer l'épreuve avant de repartir très facilement à

l'entrée de la ligne droite. Deuxième, Prince Grec (Marathon) est, au vu

des valeurs, à sa place. Un classement auquel il est habitué sur cette piste,

puisqu'il compte trois premiers accessits en autant de tentatives. Au sujet du

lauréat, son entraîneur nous a déclaré : « Au papier, il possédait une toute

première chance, même s'il n'était sans doute pas encore assez prêt. Il s'est

bien adapté à la PSF

et maintenant nous allons voir avec lui, car il n'a pas beaucoup d'engagement à

sa disposition ».

Si Jean-Claude

Rouget a réalisé un coup de trois aujourd'hui, il n'est pas le seul ce jeudi à

avoir réaliser cette prouesse, puisque Dominique Boeuf, en selle à 5 reprises,

a remporté les 3 épreuves du handicap divisé (tout en partageant la dernière

avec Alexis Badel). S'il s'est imposé avec trois pensionnaires sellés par des

entraîneurs différents, « Domino » a, à chaque fois, appliqué la même tactique

: attendre et finir le plus vite en pleine piste. Ses victoires montrent qu'à

Deauville, contrairement à Pau et surtout à Cagnes, il n'est pas nécessaire

d'être dans le groupe de tête pour pouvoir s'imposer et qu'il est possible de

revenir des derniers rangs.