Des scientifiques pour l’interdiction totale des stéroïdes aux usa

Autres informations / 20.03.2008

Des scientifiques pour l’interdiction totale des stéroïdes aux usa

 

Les débats sur la

restriction du recours aux stéroïdes continuent aux Etats-Unis. Le Dr Don

Catlin, responsable de l’Institut de Recherche sur le Dopage Equin, a fait une

communication, le 17 mars, visant à interdire purement et simplement le recours

aux stéroïdes dans les courses.

Ses

déclarations avaient pour cadre le 2e Sommet sur « le bien-être

et la santé des chevaux de courses », organisé dans le pavillon de ventes

de Keeneland (voir aussi JDG du 19/03 sur les pistes synthétiques). Devant une

centaine de représentants de l’industrie des courses américaines, il a ainsi

déclaré à la fin du sommet : « Vous avez besoin de plus d’infrastructures.

Vous en êtes encore aux premières étapes. »

Un peu plus

tôt, Don Catlin s’était fait l’avocat d’une restriction totale de l’usage des

stéroïdes. Les déclarations récentes américaines s’orientaient pourtant vers un

usage contrôlé et modéré des produits en réduisant drastiquement la liste

actuelle des produits autorisés à quatre, tout en leur associant des contrôles

avec des seuils à ne pas dépasser. Cette régulation, doublée d’un protocole

spécifique, est proposée par le RMTC (Consortium de Médication et de Test des

Courses). Don Catlin va donc encore plus loin. « Une des raisons principales pour l’interdiction complète est le

grand nombre de stéroïdes anabolisants disponibles. Même la restriction à

seulement quatre stéroïdes avec des seuils à ne pas dépasser, sera très lourde

à organiser. » Par exemple, le stanozolol, un des produits approuvé

par le modèle proposé par le RMTC « reste

dans l’organisme pendant une longue période. Il peut rester pendant des

semaines. Le test peut être négatif aujourd’hui et positif demain. Cela va

devenir très difficile de réguler… les niveaux peuvent varier au jour le

jour. ». Pour les non-spécialistes, le stanozolol est le stéroïde

« historique », utilisé et détecté sur Ben Johnson en 1988 lors des

jeux olympiques de Séoul.

Actuellement

sept états américains ont adopté le protocole du RMTC. Pour améliorer la

détection des produits autorisés, le Dr Scot Waterman, Directeur du Consortium,

a, pour sa part annoncé l’introduction prochaine de contrôles sur des

échantillons de plasma sanguin. Disponibles à la fin de l’année, ils

remplaceront les tests actuels moins précis, basés sur des échantillons

d’urine.

En conclusion

et pour enfoncer le clou, le Dr Don Catlin avance « Si vous bannissez les

stéroïdes, tous les problèmes s’en iront. »