Early march

Autres informations / 11.03.2008

Early march

SAISON

DE MONTE 2008

JDG

vous livre un éclairage particulier sur un étalon. Deux pages pour aider chaque

éleveur à l’heure de son choix. Si vous voulez, vous aussi, présenter votre

étalon dans nos colonnes,

contactez

Mayeul Caire au 06.86.46.92.40.

 Aujourd’hui...

En

station au HARAS DU SAZ (44 240 La Chapelle-sur-Erdre).

Prix

de saillie : 2.300€ HT Live Foal

Haras

: 02 40 72 96 53 – Roger-Yves Simon : 06 08 97 40 31

 Le père d’Early March, Dansili, est sans

conteste le meilleur gagnant de Gr2 des vingt dernières années et son potentiel

sportif s’est immédiatement concrétisé au haras. Si son titre de gloire

officiel reste le Prix du Muguet (Gr2), la valeur de Dansili réside surtout

dans ses multiples accessits de Gr1, six exactement, dont une 3e place hallucinante

le jour de ses adieux dans la Breeders’Cup Mile à Churchill Downs où il aurait

gagné « de cent mètres » s’il avait 

été  mieux monté. Dansili est

entré au haras en 2001 à Banstead Manor Stud, le quartier général anglais de

Juddmonte (Khalid Abdullah), point de départ d’une réussite qui force

l’admiration. Avant même que ses produits ne paraissent en piste, Dansili est

resté dans l’actualité par le truchement de sa mère Hasili (Kahyasi). Les

spectateurs présents à Angers le 2 mai 1993 ne se doutaient certainement pas

qu’ils voyaient gagner non seulement une petite 2ans précoce et solide, sous la

férule d’Henri-Alex Pantall, mais aussi la future plus grande poulinière du

monde. Elle a ensuite gagné le Prix des Sablonnets (L) à Nantes, Hasili est

issue de Kahyasi, qui connaît une très grande réussite sportive au haras – mais

dont les produits ont moins de succès aux ventes, étant souvent d’un modèle peu

impressionnant, ce qui est le cas d’Hasili. La mère de Dansili allait venger la

frustration de son fils en donnant une stupéfiante série de cinq gagnants de

Gr1 consécutifs avec Banks Hill, Intercontinental, Champs Elysées et Cacique,

tous issus de Danehill, et Heat Haze, une fille de Green Desert. Outre Dansili,

Khalid Abdullah a intégré Cacique au haras, ainsi qu’un cousin germain, Three

Valleys (Diesis), un super 2ans malheureusement privé sur tapis vert de sa

victoire dans les Middle Park Stakes (Gr1).

 

Dansili

: un père très à la mode

Premier

du classement des étalons en France en 2006, Dansili est aujourd’hui le cheval

à la mode par excellence, d’autant plus qu’à 12 ans, il est encore jeune, et

que son père Danehill, lauréat du classement 2007, est mort en2003. Alors que

ses premiers produits n’ont pris que 6 ans au 1er janvier, Dansili a déjà

offert trois gagnants de Gr1 à la casaque Abdullah. Au premier rang, il faut

citer l’élégant Rail Link lauréat de l’Arc de Triomphe (Gr1) puis l’infortunée

Price Tag, titulaire des Matriarch Stakes (Gr1) après sa triste défaite dans la

Poule d’Essai (Gr1), et enfin Passage of Time, qui a dominé le Critérium de

Saint-Cloud (Gr1). Ce printemps, le prince arabe pourra sûrement compter sur

Proviso, 2e du Fillie’s Mile (Gr1) après avoir gagné du Prix du Calvados (Gr3)

cet été à Deauville. Cette piste a d’ailleurs vu une nouvelle fille de Dansili,

Grecian Dancer, remporter la première listed du programme de l’année dans le

Prix Miss Satamixa sous la casaque de Vincent O’Brien.

 

EARLY

MARCH : LE SEUL FILS DE DANSILI EN FRANCE

Affiché

désormais à 75.000£, Dansili est représenté au haras par trois de ses fils :

Rail Link, qui fait la monte en Angleterre à 12.500 £, le précoce Strategic

Prince, double gagnant de Groupe à 2ans, qui saillit en Irlande au tarif de

9.000€… le troisième fils de Dansili au haras fait la monte en France : il

s’agit bien sûr d’Early March.

A

noter que la ligne mâle a gagné en modèle au fur et à mesure des générations.

Le grand-père Danehill (Danzig), miler reconverti avec bonheur sur le sprint,

n’était pas un « château » et produisait parfois léger. Dansili est un joli

cheval bai bien fait d’1,63 m. Early March, quant à lui, en impose réellement

avec son 1,65m et un physique massif présenté sous une robe presque noire

toujours séduisante.

 

Une

lignée maternelle prestigieuse et vivante

Inutile

de préciser que la souche maternelle d’Early March est riche, opulente même, et

vivante : ce sont des caractéristiques récurrentes dans les familles Abdullah.

Sa particularité réside dans le fait qu’Emplane, la mère d’Early March,

provient d’une 2e mère formidable (Chain Store) et que cette branche, quelque

peu en sommeil au début des années 1990, profite d’un net réveil depuis

quelques saisons. La descendante pléthorique de la matrone Chain Store

(Nodouble), gagnante de listed aux Etats-Unis en 1975, a été recrutée et

exploitée en Europe simultanément par deux propriétaires-éleveurs arabes alors

débutants, le prince saoudien Khalid Abdullah et son voisin de Dubaï, le Cheikh

Hamdan Al Maktoum. Ce dernier en conserve un souvenir ému car la deuxième fille

de Chain Store, Al Bahathri (Blushing Groom), acquise pour 650.000$, lui a

offert ses toutes premières vibrations classiques lors de son succès dans les

Irish 1000 Guinées (Gr1) en 1985 après avoir été la dauphine de l’incroyable Oh

So Sharp (Kris) dans les Guinées (Gr1) de Newmarket. Al Bahathri a été tout

aussi efficace au haras, à l’origine d’une pléiade de black-types et mère, sur

le tard, du rapide Munir (Indian Ridge), étalon à succès en France aujourd’hui

exporté en Italie, puis encore plus tard, pour son 11e foal, du champion Haafhd

(Alhaarth), gagnant des 2000 Guinées (Gr1) et des Champion Stakes (Gr1). Sous

la bannière Abdullah, la famille a donné notamment Spanish Fern (El Gran

Senor), vedette du circuit des femelles américaines, le français Radevore

(Generous), gagnant des Prix Eugène Adam (Gr2) et La Force (Gr3I), et enfin

Lateen Sails (Elmaamul), vainqueur du Prix Daphnis (Gr3) après son achat par Godolphin.

Pour

revenir à la branche qui a donné Early March, sa grand-mère Peplum, fille de

Chain Store par Nijinsky, gagnante d’une Listed devant Sought Out (Rainbow

Quest), a vu sa descendance revivre récemment avec Boatman (Irish River),

dauphin de Manndar, l’oncle de Mandesha, dans le Manhattan Handicap (Gr1), et

Jibboom (Mizzen Mast), gagnant de Gr2 à Keeneland en octobre dernier, entraîné

comme tous les « Abdullah » américains par Bobby Frankel.

Gagnante

d’un maiden à Newmarket, Emplane (Irish River), la mère d’Early March, a vu sa

fille Itinerary (Dr Fong) s’imposer l’été dernier à Longchamp. Désormais fidèle

à Dansili, Emplane a un 2ans, une yearling et attend un nouveau produit de

celui-ci.

 

Early

March : premier gagnant de Groupe de Dansili Early March a offert à son père

Dansili une renommée immédiate comme étalon. Un de ses plus rapides vainqueurs,

en débutant à Clairefontaine, Early March reste comme le tout premier gagnant

de Groupe au palmarès de Dansili, à l’occasion du Prix de la Rochette (Gr3) sur

la nouvelle piste de Longchamp, enlevé de bout en bout pour sa 2e sortie.

Préparé par Christiane Head-Maarek et monté par Olivier Peslier, Early March a

laissé dérouler sa grande action et n’a jamais été inquiété par son plus proche

poursuivant, la favori du jour Stop Making Sense (Lujain).

 

Un

Grand Critérium d’anthologie

Mais

Early March a signé sa performance la plus marquante lors de sa sortie

suivante, dans le Prix Jean-Luc Lagardère (Gr1), sur 1.400m, le jour de l’Arc

de Triomphe.

 Il a ainsi participé à cette longue, haletante

et mémorable lutte finale qui l’a mis aux prises avec Oratorio (Danehill) et

Layman (Sunday Silence). Une course très dure en définitive… Placé en tête, il

a dû engager le combat dès la sortie du tournant, attaqué franchement par

Layman, dauphin de Divine Proportions (Kingmambo) dans le Prix Morny (Gr1), et

se battre âprement jusqu’au 2e poteau pour enfin prendre l’ascendant sur son

rival. Le problème est qu’il y avait un troisième larron, Oratorio, présenté

par le maître de l’épreuve Aidan O’Brien. Rudement sollicité pour accrocher le

wagon mais répondant avec la ténacité typique d’un irlandais, Oratorio a été

aspiré par l’espace laissé à la corde par les duettistes au plus fort de leur

bataille à cent mètres de l’arrivée. C’est ainsi qu’associé à un Jamie Spencer

pour une fois inspiré à Longchamp, Oratorio a porté un coup ultime et fatal aux

deux français. Si le vainqueur, déjà expérimenté et indestructible, a enchaîné

au sommet en faisant l’arrivée de cinq Gr1 consécutifs, pour deux victoires

dans les Eclipse et les Irish Champion Stakes face à Motivator (Montjeu), les

deux français ne se sont jamais vraiment remis de leur combat sans retenue.

Layman n’est réapparu que dix mois plus tard. Quant à Early March, il n’a été

que l’ombre de lui-même dans le Critérium International (Gr1) enlevé par Hélios

Quercus (Diableneyev).

Il

a par la suite couru après cet instant de gloire, tout en fournissant deux

valeurs remarquées. Il fallait en effet avoir du talent pour revenir prendre la

5e place tout en dehors dans une Poule d’Essai (Gr1) de haut vol remportée par

Shamardal (Giant’s Causeway) ou pour s’octroyer la 3e place d’un Prix du Chemin

de Fer du Nord (Gr3) extrêmement relevé, derrière Apsis (Barathéa) et Turtle

Bowl (Dyhim Diamond), et surtout devant Doctor Dino (Muhtathir), qui s’est

couvert de gloire à l’automne dernier en remportant deux Gr1 aux Etats-Unis et

à Hongkong. Au cours de sa carrière, Early March aura terminé neuf fois dans

l’argent en onze tentatives. Mais surtout, il est entré au haras sain et net,

aussi sur le plan osseux que tendineux. Quoi de plus logique, puisque le cheval

avait beaucoup d’os. Early March fait la monte au Haras du Saz, près de Nantes,

au tarif très attractif de 2.300€ Live Foal aux côtés de Dano-Mast (Unfuwain).