First number five, denman

Autres informations / 15.03.2008

First number five, denman

Vendredi

14, Cheltenham (UK). « First

Number Five, Denman »,

c’est la phrase que tout le monde attendait depuis des mois et, Dieu merci, la Cheltenham Gold

Cup (Gr1) s’est déroulée sans incident pour livrer un verdict incontestable. Denman (Presenting) a dominé nettement

un Kauto Star (Village Star)

peut-être un peu moins à l’aise que l’année dernière, puisqu’il a eu du mal à

reprendre la deuxième place à Neptune

Collonges (Dom Alco), qu’il avait dominé sans problème douze mois plus tôt.

L’élève d’Henri Aubert a-t-il perdu un peu de sa superbe pour sa 26ème

sortie ? On le saura bientôt, puisque sa carrière n’est pas terminée pour

autant. Kauto Star n’a pas été tout à fait convaincant dans ses sauts, sans

faire de véritable erreur pour autant. Toujours pointé en troisième position,

il a laissé Neptune Collonges et Denman prendre les devants, doucement pour le

premier tour, et un peu plus vite au second, que Denman a abordé en tête après

un bond impressionnant à ce qui serait plus tard l’avant-dernier fence. Pour

aborder la descente, le partenaire de Sam Thomas a laissé Neptune Collonges à

plusieurs longueurs tandis que Kauto Star était déjà monté par Ruby Walsh.

L’ex-français n’a jamais fait illusion. La machine Denman n’a jamais cédé ensuite,

même entre les deux derniers obstacles, lorsque Kauto Star et Neptune Collonges

pouvaient encore espérer non pas une erreur, mais un signe d’épuisement du

leader, qui a certes fini très lentement, comme tout le monde vendredi, mais

toujours bien devant ses rivaux. Paul Nicholls, pour sa part, alignait les

trois premiers de la plus grande course de steeple du programme anglais, avec

deux sauteurs venus de France sur le podium, mais pas sur la plus haute marche.

Le quatrième, Halcon Genelardais

(Halcon), et le cinquième Exotic Dancer

(Turgeon), viennent eux aussi de France. C’est la neuvième deuxième place prise

par les Frenchbreds au Festival cette

année, où notre élevage compte seulement quatre succès contre neuf un an plus

tôt.

 

Comme un sommet de la

boxe

Pour ce qui

concerne le triplé de Paul Nicholls, ce n’est pas encore les cinq premiers de la Gold Cup sellés par le

seul Michael Dickinson en 1983, mais les temps ont changé et ce n’est pas une

mince démonstration de la puissance de l’écurie Nicholls outre-Manche.

Évidemment sur un nuage, l’entraîneur de Ditcheat rendait d’abord hommage à la

classe du gagnant : « C’était

magnifique, a-t-il déclaré. Quelle performance de toute l’équipe. Neptune

Collonges n’a cessé de progresser et Kauto a très bien couru aussi mais ils

sont battus aujourd’hui par le meilleur de la course. Je suis très heureux pour

toute l’écurie. »

Copropriétaire

du lauréat, Harry Findlay s’est montré évidemment très prolixe, d’autant qu’il

a largement participé à la montée en puissance de ce match, présenté comme un

sommet de la boxe. « Il fallait que

nous adoptions la bonne tactique pour battre notre compagnon d’écurie, a-t-il

expliqué. Il fallait trouver le moyen de casser Kauto Star et nous y sommes

parvenus. Il n’était pas question de conspiration pour laisser l’autre gagner

(en référence au bonus d’un million de livres que l’entourage de Kauto Star

aurait empoché une nouvelle fois en cas de victoire dans la Gold Cup). Nous avons

imaginé la course tellement souvent, nous savions exactement quoi faire et

c’est ce qui s’est produit. »

Pour sa part,

Ruby Walsh connaissait son sort de bonne heure : « Le meilleur a gagné, a-t-il estimé. J’étais déjà en difficulté à

un tour de l’arrivée, au moment où Sam [Thomas, jockey de Denman] a pris la

tête. Je ne pouvais pas le rejoindre. Bravo à eux tous. »

Clive Smith,

propriétaire du deuxième, s’est montré philosophe : « C’est un grand gagnant et je suis très heureux pour toute

l’écurie, a-t-il déclaré. Je ne pense pas que mon cheval ait donné le meilleur

de lui-même, mais je ne suis pas certain que cela aurait changé grand chose.

Ruby Walsh a dit que Kauto avait trouvé le terrain un peu faux et qu’il n’avait

pas si bien sauté. Il ne pouvait pas décoller comme il fallait. C’est un sport

incroyable. Vous êtes au sommet un jour et à terre le lendemain. Je pense que

nous retrouverons Denman dans douze mois. Je me réjouis déjà. »

Rendez-vous est

donc pris, mais Kauto Star est devenu le challenger, tandis que Denman est seul

sur son nuage.

Seul concurrent

entraîné en France au départ, Fustrien

du Paon (Neustrien) a été arrêté après un tour par Anthony Lecordier, qui

garde néanmoins un bon souvenir de son voyage avec le pensionnaire de Richard

Chotard : « Je me suis régalé, a-t-il déclaré. Mon cheval a super

bien sauté, mais j’ai vu que devant, les autres ne faisaient aucune faute et

que nous n’avions pas de chance. J’ai préféré arrêter et préserver le

cheval. »