Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Patinack attaque

Autres informations / 29.03.2008

Patinack attaque

En

souvenir du nom de la ferme de son grand-père en Irlande, Nathan Tinkler a

décidé d'appeler son empire hippique en cours de constitution : Patinack Farm.

Toute l'Australie depuis quelques jours n'a que ce nom sur les lèvres.

Surgissant du néant, l’ambitieux Nathan déboule dans le monde du cheval en

2007, et donne un relief inédit à son intervention en 2008.

En

effet, en avant-goût, il achète un cheval à l'entraînement, Casino Prince, qui

enlève samedi dernier les Chipping Norton St (Gr1). Son futur étalon vient

d'entrer dans la cour des grands et son propriétaire avec. Dans la foulée, par

l'intermédiaire de son Directeur, Roger Langley, Patinack Farm achète cette

semaine aux ventes de Magic Millions 59 yearlings pour un total d'environ 19

Millions de dollars australiens. Il couronne son déferlement en captant les

deux top-prices de ces ventes, chacun pour la somme de 2,2 Millions $, nouveau

prix record à ces ventes, l'ancien record de 2 Millions avait été établi en

2007 par la bouillante Gai Waterhouse.

Mais

il ne faudrait pas croire que l'exploit de Casino Prince a été un facteur

décisif. Avec une relative discrétion, l'équipe de Patinack avait commencé à

rafler tant en Argentine qu'à Deauville des poulinières de grande origine pour

garnir ces haras de la Hunter Valley, Roger Langley précisant que son patron

souhaitait avoir une centaine de poulinières prestigieuses. C'est Bertrand Le

Métayer, le dynamique courtier français, qui conseille Patinack dans ses achats

européens d'élevage : « Nathan Tinkler n’a pas encore acheté de yearlings

dans l'hémisphère Nord, mais en revanche, il souhaite acquérir en Europe des

juments, car il estime que les courants de sang européens sont les meilleurs

pour réussir en élevage. » C'est ainsi que Roger Langley avait acheté en

décembre à Deauville, avec Bertrand Le Métayer, d'excellents prospects dont la

Niarchos Jambu (Ocean of Wisdom) de la famille de Encosta de Lago pour

750.000€, l'Aga Khan Douraya (Sendawar), fille de la championne Daryaba

pour  280.000€, ou encore Mary d'Or

(Verglas), une propre sœur de Stormy River. Il ne fait pas de doutes pour

Bertrand Le Metayer, qui a connu Nathan Tinkler par l'entremise de son frère,

Louis le Métayer, lequel travaille en Australie à Lindsay Park avec David

Hayes, que Patinack continuera ses emplettes d'élevage en Europe cette année à

une grande échelle.

Ce

self-made-man qui n'a que 31 ans, ou 33 ans, selon les sources, demeure un homme

mystérieux comme tous ceux qui ont fait une immense fortune en peu de temps.

Nathan Tinkler, qui a commencé sa vie professionnelle comme électricien, aurait

acheté une mine de charbon associé avec son père  en 2005 pour 15 Millions, et en aurait revendu

70% pour la bagatelle de 275 Millions un an plus tard ! En réinvestissant

judicieusement ces énormes profits dans le charbon ces derniers temps, il

n'aurait fait que multiplier sa fortune en profitant de la croissance du prix

des matières premières. Cette success story explique la déferlante Patinack sur

le monde du pur-sang, jusqu'à Deauville.

Cet

homme est cependant réservé, la rumeur veut qu'il serait passé aux bureaux de

Magic Millions mercredi et qu'il serait rapidement reparti, ne se montrant pas lors

des ventes elles-mêmes, en évitant tout contact ou interview qui l'aurait mis

en vedette. Nathan est un homme prudent, qui a l'intelligence de laisser faire

les experts qui l'entourent, et sait arbitrer les choix que lui propose son

Directeur Roger Langley. En attendant, comme dans le charbon, son irruption sur

la scène des courses et de l'élevage n'est pas passée inaperçue, et elle a

grandement contribué à la bonne tenue de ces ventes qui sont cependant en

retrait par rapport à l'année dernière. Patinack sauveur ?

« Certainement », disent les acteurs australiens de l'élevage qui ne

souhaitent qu'une chose : que Nathan Tinkler continue à faire de bonnes

affaires.