Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Archange d’or

Autres informations / 29.04.2008

Archange d’or

En station au Haras de la Reboursière et de Montaigu

61240 Nonant-le-Pin Contact : Aliette Forien ou Agence FIPS Tél. : 02 33

35 97 02/02 33 36 79 16 et 06 08 58 21 36

harasrm@wanadoo.fr – www.reboursiere-montaigu.com

Prix de saillie : 4.000€HT au 1/10 Spécial Live Foal

Alors qu’Archange d’Or (Danehill) effectue actuellement sa deuxième

année de monte au Haras de la Reboursière et de Montaigu, Aliette et Gilles

Forien commencent à recueillir les fruits de sa première saison. En effet, les

patrons de la maison qui possèdent en propriété pleine ce jeune étalon lui ont

accordé leur totale confiance en lui réservant une bonne part de leur

jumenterie. En particulier, les trois meilleures mères du haras ont été

fécondées par Archange d’Or l’an dernier. Deux sont désormais prêtes à mettre

bas : il s’agit de La Cibelès (Cardoun), la mère de Literato et de Rotina

(Crystal Glitters), à l’origine de Valentino, Ysoldina, Whortleberry et Appel

au Maître. Quant à Tambura (Kaldoun), la mère de Ximb, Welcome Millenium et

Verba, elle a pouliné d’un beau mâle d’Archange d’Or le 11 avril. Voilà pour la

conviction. Mais une telle conviction se forge sur de vraies raisons,

objectives à souhait.

Archange d’Or, ravissant cheval d’1m63, fils de Danehill et frère de

Russian Hope (Rock

Hopper), gagnant du Gr2 le plus relevé du calendrier français à

l’occasion du Prix Eugère Adam à Maisons Laffitte, a tout pour séduire les

éleveurs.

Elève d’Edouard de Rothschild donc il portait la casaque, Archange d’Or

a décroché son titre de gloire sur les 2.000 mètres de la ligne droite

mansonnienne devant un duo de classe, composé de Laverock (Octagonal), qui

avait gagné peu avant le Prix de Fontainebleau (Gr3) et s’adjugera plus tard

deux Gr1, le Prix Ganay et le Grand Prix de Milan, et Kocab (Unfuwain), très

bon ambassadeur de la bannière Abdullah. Il effaçait ainsi sa 8e place obtenue

dans un Prix du Jockey Club (Gr1) 2005 dominé par les deux phénomènes Shamardal

(Giant’s Causeway) et Hurricane Run (Montjeu). A sa décharge, Archange d’Or

abordait cette épreuve avec peu d’expérience avec quatre sorties antérieures

dont deux victoires aux niveaux F et B. On peut penser que son propriétaire

tenait à être absolument représenté dans cette édition inaugurale du Jockey

Club sur une distance raccourcie par sa propre volonté. Quelques semaines après

son Jockey Club inabouti, il confirmait l’estime que lui portait André Fabre en

remportant le Prix Pelleas (L) en prélude à son triomphe du Eugène Adam.

A 4ans, Archange d’Or ne gagnera pas des courses mais des honneurs. Il

faut en effet posséder un certain galop, ou un manque de chance selon les

points de vue, pour conclure 3e du Prix d’Harcourt (Gr2) lorsque le vainqueur

s’appelle Manduro (Monsun) tout en devançant Corre Caminos (Montjeu). Dans le

même registre, Archange d’Or, confirmé dans la sphère des élites par André

Fabre, a pris une méritoire 4e place dans le Prix Ganay (Gr1) derrière un

fameux trio composé dans cet ordre de Laverock, Manduro et Krataios.

Sans courir autant, Archange d’Or a tenu un rang à peu près équivalent à

celui de son bien connu frère aîné Russian Hope (Rock Hopper), cheval hyper

combatif entraîné lui par Henri-Alex Pantall. Vainqueur de trois Listeds dont

le Derby de l’Ouest (L) et le Grand Prix de Nantes (L), puis des Prix de Lutèce

(Gr3) et Exbury (Gr3), toujours avec Goulven Toupel, il avait fourni une

performance restée dans les mémoires en gagnant de bout en bout, à l’arraché, le

Grand Prix de Deauville (Gr2) avec un tout jeune jockey énergique et plein

d’avenir, Christophe Soumillon. Pour l’anecdote, Russian Hope est fils du rare

Rock Hopper, déniché en Angleterre pour la raison simple qu’il possédait le

pourcentage de fertilité le plus élevé d’Europe, ce qui convenait à l’inédite

Dievotchka qui refusait obstinément de remplir !

 

Ainsi « déclenchée », cette dernière est devenue une matrone avec huit

vainqueurs dont, outre Russian Hope et Archange d’Or, les très bons Russian

Desert (Green Desert) et Russian Hill (Indian Ridge), tous deux gagnants de

Listeds et multiples placés de Groupes ou encore le prometteur Russian Cross

auteur d’une brillante victoire pour ses débuts, sa seule sortie à ce jour.

C’est un bilan remarquable, mais pas à ce point surprenant pour une jument

issue du crack Dancing Brave, trop tôt exporté au Japon, avant que sa 3e

génération ne révèle des champions (Commander In Chief, White Muzzle, Wemyss

Bight). Côté maternel, Dievotchka descend d’une vieille et solide souche

anglaise illustrée récemment en France avec le robuste voyageur Dano Mast

(Unfuwain), désormais étalon.

Après la rencontre avec Rock Hopper, Dievotchka a monté en gamme dans

son carnet de bal jusqu’à faire en juin 2001 la rencontre du prince à l’époque

le plus convoité d’Europe : Danehill (Danzig).

Sur la planète courses, Danehill représente un phénomène d’autant plus spectaculaire

qu’i était largement assorti d’imprévu. Excellent coursier sans être un crack,

3e des 2000 Guinées (Gr1) puis raccourci par Jonathan Tree pour gagner la

Haydock Sprint Cup (Gr1) sous la casaque Abdullah, cheval joli mais toisant

seulement 1,60m.Etalon exceptionnel, Danehill a transmis un duo de qualités

aussi rares qu’essentielles : talent et combativité. Ainsi, il a grimpé

progressivement les échelons de la notoriété en devenant tête de liste en Australie.

Et c’est dans un deuxième temps qu’il a entamé la conquête du Vieux Monde, d’abord

sur son registre naturel de la vitesse et de la précocité puis celui de la

tenue et la longévité, avec, entre autres, les « Wildenstein » Aquarelliste et

Westerner.

Danehill est même parvenu à détrôner l’inamovible leader des étalons

européens, pourtant encore en pleine force de l’âge, Sadler’s Wells.

L’influence de Danehill est aujourd’hui à ce point considérable, et

exponentielle compte tenu de la vivacité du flambeau repris par ses fils et

petit-fils, qu’il peut être considéré comme un des quatre chefs de race des

deux dernières décennies, avec Storm Cat aux Etats-Unis, Sunday Silence au

Japon et bien sûr l’éternel Sadler’s Wells, le seul rescapé à poursuivre son

œuvre en déroulant à 27ans sa barbe fleurie.

Lister les champions de Danehill prendrait trop de temps mais il suffit

de regarder un an en arrière pour y voir Dylan Thomas gagner l’Arc de Triomphe

et Peeping Fawn enfiler les Gr1 comme des perles alors qu’elle représentait sa

dernière génération de 3 ans.

En effet, Danehill est mort tôt, en 2003, à 17ans seulement, subitement,

à la promenade.

Sa descendance était déjà assurée au sein de Coolmore et elle a depuis

été portée à la quasi-moitié du cheptel. Dans la cour irlandaise du géant de

l’étalonnage, sur 24 sujets au total, on compte ainsi 9 fils de Danehill ! Et

presque tous très jeunes, en l’occurrence Aussie Rules, Catcher in the Rye,

Dylan Thomas, Holy Roman Emperor, Ivan Denisovitch, Oratorio, Westerner, et

enfin, plus confirmés, Rock of Gibraltar et Danehill Dancer, l’aîné et le plus

cher à 115.000€. Il faut rajouter à ceux-là deux petits-fils, Choisir (Danehill

Dancer) et Strategic Prince (Dansili), sans compter Ad Valorem et Antonius Pius

qui sont deux fils de Danzig comme l’est Danehill. Par comparaison,

Sadlers’Wells, l’autre pilier de la maison, toujours vivant, est représenté «

seulement » par deux fils mais pas des moindres, Montjeu et Galileo, et un

petit-fils, Hurricane Run, en parlant toujours des lignées mâles uniquement.

En Angleterre la vedette n’est autre que Dansili alors qu’en Australie,

Redoute’s Choice est le leader  inconsesté. Il serait trop long d’énumérer

tous les fils de Danehill faisant la monte avec succès en Australie

En revanche, Danehill est encore sous-représenté en France, avec

seulement deux fils disponibles sur le parc d’étalons, Archange d’Or étalon au

haras de la Reboursière, qui arbore sur le plan purement esthétique conforme

aux canons dela beauté équine, allié à un pédigrée maternel des plus solides

est une chance à saisir pour l’élevage français.