Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Breeze-ups arqana

Autres informations / 18.04.2008

Breeze-ups arqana

SUR LA LANCÉE DE NEWMARKET

Samedi 19, Saint-Cloud. Les records établis mercredi et jeudi

aux ventes breeze-ups de Newmarket

ont éclairci les horizons des vendeurs de 2ans montés en Europe. Les

incertitudes économiques apparues au cours de l’année dernière, et depuis les

ventes de yearlings, laissaient planer la menace d’une récession de ce marché

de bouclage et d’appoint des écuries. Les pinhookers

étaient particulièrement inquiets. Même si les résultats de Tattersalls ne dissipent

pas toutes les incertitudes, ce marché de sélection étant très différent de

celui de Saint-Cloud et cette vacation tirée vers le haut par la famille Al

Maktoum, l’ambiance est meilleure aujourd’hui que ces bons scores ont été

atteints outre-Manche. « Ce n’est

pas une vente comparable à la nôtre, a rappelé Éric Hoyeau, directeur

d’Arqana, mais nous préférons que ces

premiers résultats aient été positifs. Cela donne une tendance positive. »

155 lots ont

été catalogués par Arqana pour la vente de 2ans montés de samedi à Saint-Cloud,

dont une douzaine ont été déclarés absents depuis la parution du livret de la

session. Une cinquantaine de chevaux à l’entraînement suivront la breeze-up.

Arqana a rendu

de nombreuses visites partout en Europe pour sélectionner les 400 poulains

inscrits, le pinhooking pratiqué à un

niveau professionnel demeurant une spécialité surtout anglo-saxonne. Cependant,

des opérateurs français de haut niveau se taillent une part toujours plus large

du résultat, avec notamment le Haras du Saubouas de Paul Basquin, représenté

par une vingtaine de 2ans, ou l’écurie Prevost-Baratte. Cette dernière a

réalisé le top price de la vente 2007, une pouliche par Zamindar adjugée

150.000€ à MAB pour Fabrice Cohen. Ces deux consignors

avaient terminé l’an dernier aux premières places du classement des vendeurs

avec respectivement 447.0000€ et 372.000€ pour vingt chevaux vendus.

Chez les

acheteurs, MAB s’était une fois encore distingué avec sept achats pour un

investissement global de 188.000€, devançant à cette occasion Chantilly

Bloodstock et Gérard Larrieu (5 lots et 176.000€ investis).

 

MARCHÉ EN HAUSSE

Le chiffre

d’affaires de ces breeze-ups parisiennes n’a cessé de grimper depuis leur

création, en 1988 à Evry. La tendance est encore à la hausse aujourd’hui

puisque le chiffre d’affaires a pratiquement doublé passant de 1,59 million

d’euros en 2005 à 3,3 millions en 2007… Le nombre de poulains présentés et

vendus a lui aussi progressé, puisqu’ils étaient 76 en 2005 et 92 l’an dernier.

La vente s’installe donc encore dans le paysage français et ce marché entre

dans le calendrier des éleveurs. L’émergence de spécialistes en témoigne aussi.

Toutefois, la

demande n’est peut-être pas indéfiniment élastique, le pourcentage de vendus en

2007 étant de 65% environ contre 72% lors des deux vacations précédentes.

Comparés aux quelque 130.000€ de moyenne de la première journée de Newmarket,

les 33.000€ de moyenne clodoaldiens sont encore très en retrait. Il reste sans

doute une bonne marge d’investissement mais pas pour autant beaucoup de

familles d’accueil !

 

DEMANDE ORIENTEE VERS LE MEILLEUR

Comme la

plupart des ventes à l’heure actuelle, on observe un resserrement de la demande

vers le haut du panier, au détriment du second choix. La sélection est

impitoyable : « Beaucoup de

poulains inscrits ne satisfaisaient pas aux critères de la demande, a noté

Éric Hoyeau, à savoir la combinaison d’un

bon pedigree, d’un bon modèle et d’une belle aptitude à galoper. La culture

d’une vente de breeze-ups n’est pas encore tout à fait maîtrisée. On a tendance

parfois à la confondre avec le marché à réclamer. Il y a pourtant une

différence de taille : notre objectif est de vendre le plus possible de

partants ! »

 

64 ACHETEURS EN 2007

Le but est

aussi de proposer des chevaux susceptibles de faire bien mieux sur les pistes,

à l’image de Grand Couturier, de Musical Way et de Stoneside qui sont tous

passés par Saint-Cloud avant de devenir performers de Groupe 1.

La vente de

Tattersalls à Newmarket tient néanmoins le haut du pavé dans cette catégorie en

Europe et elle attire les grands propriétaires « traditionnels », à

l’image des Maktoum, qui ont acquis mercredi 26 lots et alimenté les trois

quarts du chiffre d’affaires… Il n’est pas exclu que Saint-Cloud reçoive des

ordres d’achat en provenance du Golfe, et notamment de Dubaï ou du Qatar, qui

s’était montré très actif aux ventes de l’Arc. Il faut souhaiter que cette

demande soit variée, car le marché est plus solide quand un grand nombre

d’opérateurs y participe. Tenir une vente debout grâce à la bonne volonté d’un

petit groupe d’individus n’est pas une position saine. Toute la Grande-Bretagne

s’en remet de plus en plus aux Maktoum. C’est un pis aller très dangereux, car

il favorise l’installation d’un système incapable de survivre à ses promoteurs.

Dans la

promotion de sa breeze-up, Arqana a inclus cette vacation à celles des

yearlings au cours de son tour européen des acheteurs. Cette dialectique

favorise justement une répartition plus large des achats qui est apparue l’an

dernier, lorsque 64 acheteurs ont signé contre 45 deux ans plus tôt.

 

LES ATTRACTIONS DU CATALOGUE

Les premiers

produits d’Exceed and Excel ont été très bien reçus aux ventes et sur les

pistes en Australie après avoir également été appréciés aux ventes de yearlings

l’an dernier. Paul Basquin présente un de ses produits, acheté 32.000€ en

Irlande et issu d’une sœur utérine de Lypharita qui a déjà produit une placée

de Listed. Parmi les bons étalons également mentionnés au catalogue, on notera

Anabaa avec 2 lots, et son fils Anabaa Blue (3 lots), Barathea (4), Danehill

Dancer (2 pouliches), Giant’s Causeway (1), Highest Honor (1), Kendor (2),

King’s Best (1), Monsun (1), Nayef (1), Oasis Dream (1), Red Ransom (1),

Sadler’s Wells (1), Slickly (1), Tiger Hill (3), Verglas (7) et Zamindar (une

pouliche). On suivra au catalogue la réussite du #5, un fils de Celtic Swing

présenté par l’écurie Prevost-Baratte de la famille de Le Glorieux et Le Triton.

Le #9 est un frère de gagnants par Nayef acheté 70.000€ aux ventes d’octobre

par David Redvers et présenté par Oaks Farm Stables. C’est également à ce prix

que Jean-Luc Pelletan avait acheté en août le #20, issu d’Anabaa Blue et d’une

propre sœur de Moonlady, classique allemande. La pouliche Redor (Kendor), sœur

de la bonne Chantilly Beauty née fin avril, passera avec le #11 pour le Haras

des Tilleuls tandis que le #15 sera celui d’une pouliche US par Hernando dont

la mère est sœur de Manndar, Mandilak et Mandalara, d’où Mandesha, rachetée

30.000 Guinées à Tattersalls il y a quelques années.

Xavier Richard

présente le #31, une propre sœur de Pomellato (Big Shuffle), gagnant du

Critérium de Maisons-Laffitte (Gr2), achetée 11.000 Guinées foal en

Grande-Bretagne avant le superbe résultat de son frère. Ballycullen Stables a

inscrit le #37, un fils de King’s Best et de la bonne Quarter Note, gagnante du

Prix de la Grotte

(Gr3) et du Prix de la

Californie (L) sous l’entraînement d’Henri-Alex Pantall et

sous les couleurs du cheik Mohammed. Il a été acheté seulement 8.000 guinées à

Newmarket.

On note le #50,

une grise par le prometteur Refuse to Bend et la mère de quatre vainqueurs dont

le placé de Gr3 Nevada (Marju). Addition (Numerous), le #68, est une sœur de

Gris Tendre présentée par l’Écurie des Noës après avoir été achetée 27.000€ par

Patrick Monfort en octobre à Deauville. Dynaformer est le père du #72, issue

d’une famille américaine bourrée de caractère gras de bon niveau qui lui a valu

d’être adjugée 30.000$ à Keeneland. L’étalon américain a aussi donné le #82, un

poulain issu de Woodlmass (Woodman) acheté 50.000€ par Jean-Luc Pelletan à

Deauville en août.

Fearmor Stud présente le #74, un fils d’Oasis Dream

et de la gagnante de Listed Trinity Joy (Vettori) racheté 70.000€ en août 2007

à Deauville.

Déjà mère de Chineur et de Goleta (Royal Applause)

qui a débuté vendredi par une troisième place, Wardara a aussi donné Acola, la

mère du #85, un fils de Kendor présenté par l’Écurie Prevost-Baratte et acheté

20.000€ en août par Guy Petit.

Le Haras du Saubouas attendra sans doute impatiemment

le passage du #91, Always Spring (Red Ransom), issu d’une gagnante de Listed en

Allemagne acheté 28.000€ par Raoul Temam à Deauville. Racheté 10.000€ en août,

le #108 est un fils d’Elusive City également préparé par l’équipe de Paul

Basquin. On note aussi le #136, une femelle par Marju et la triple gagnante

Guermantes, sœur du très bon Yasood, présentée par Xavier Thomas-Demeaulte

après avoir été rachetée 10.000€ par le Haras des Granges. Très américain, le

papier du #146, un fils de Cat Thief et d’une fille de Miswaki mère de black

types achetée 13.000$ à Keeneland, va sans doute être surveillé de près.

On pourra aussi s’intéresser au #154, présenté par

Bansha House Stables, une fille de One Cool Cat (premiers produits) et de la

gagnante de Gr3 Kerita (Formidable), elle-même mère de black types, achetée

25.000€ par MAB en décembre dernier.

Cette sélection n’est pas exhaustive et forcément

subjective. Quelques beaux lots ont pu passer à travers. Que leurs

propriétaires fassent preuve de compréhension. Le catalogue des chevaux à

l’entraînement contient 56 lots dont l’effectif à l’entraînement de Joseph

Biraben et des sœurs de Garnica, Othermix, Manson Teene, Silver Jaro et

Athanase.

Les canters démarrent à 9 heures ce samedi matin et

la vente commence à 13h30 à Saint-Cloud.