Et de deux pour trois rois

Autres informations / 13.04.2008

Et de deux pour trois rois

Dimanche 13, Longchamp. Certaines deuxièmes sorties sont plus

délicates que des débuts. Pour Trois

Rois (Hernando), c’était bien le cas. Le pensionnaire de Freddy Head avait

fait forte impression lors de sa première victoire, à Saint-Cloud par six

longueurs aux dépens de Head of Défence (Cozzene) et avait obtenu une Rising Star JDG. Head of Defence étant battu de sept

longueurs et demi samedi au Croisé-Laroche par Be My Risk (Takes Risks), on

pouvait craindre une performance surfaite. Le rentrant Démocrate (Dalakhani), pas mal l’an dernier, ou encore le propre

frère de Touch of Land, Touch of Pep

(Lando), pouvaient donc en quelques sorte étalonner cette performance.

Le partenaire

de Davy Bonilla, qui s’était dit lui-même très impressionné par Trois Rois lors

de ses débuts, n’a pas laissé longtemps planer le suspense. Sur une piste

affichée 4,9, il a pris les devants, accéléré à l’entrée de la ligne droite

pour se mettre hors de portée du bon finish de Démocrate. Touch of Pep se montrait

très « bébé » lors de l’accélération du vainqueur qu’il avait suivi

côté corde.

Pour finir,

Trois Rois a semblé se reprendre, en partie parce que son jockey n’a pas

éprouvé le besoin d’insister, mais aussi peut-être parce que le poulain a

tendance à se relâcher fortune faite : « Il

s’est un peu relâché devant, c’est vrai, a admis Freddy Head. Il a été obligé d’aller devant et il possède

une grande action. Il doit aimer ce terrain, c’est indéniable. Il avait bien

monté sur sa première course et il doit s’améliorer encore. Mais il est sans

doute près de son top niveau. Il peut être très « Hernando »,

c’est-à-dire que dans le parcours, il est tantôt allant, tantôt nonchalant. Il

faut voir comment il va prendre ses courses. Mais il a placé une très belle accélération.

» S’il faut peut-être encore verrouiller quelques réglages, le poulain,

très signé par son père, est en tout cas sur le bon chemin.

Démocrate a

tracé une très belle ligne droite pour prendre la deuxième place, la troisième

de sa carrière pour autant de sorties. Le pensionnaire d’André Fabre, frère d’Apophis (Rainbow Quest), a sans doute

encore des progrès à faire. Il faut le suivre, comme Touch of Pep qui a fait mieux

que lors de ses deux précédentes sorties.