Elasos, un an apres balius

Autres informations / 24.05.2008

Elasos, un an apres balius

Samedi 24, Bordeaux. On attendait le soleil

à Bordeaux ce samedi, mais finalement, c’est la pluie qui s’était invitée dans

la matinée. Malgré des éclaircies dans l’après-midi, le terrain affichait 3,9,

mais l’indice aurait pu être supérieur que l’on n’aurait pas crié au scandale.

Portant la même casaque, celle de Léonidas Marinopoulos, Elasos (Pythios), en remportant cette 3e étape du Défi

du Galop, a rappelé à nos souvenirs Balius

(Mujadil), qui avait brillé dans ce Défi l’an denier. Pourtant, on n’attendait

pas Elasos en si bon rang ce samedi. En effet, suite à sa rentrée en

demi-teinte à Saint-Cloud, il n’avait pas vraiment convaincu ensuite à Nantes.

Mais, la pluie tombée dans la matinée à Bordeaux l’a avantagé, comme le rappelait

Davy Bonilla : « M.

Sepulchre a attendu la pluie pour le maintenir au départ de cette course. Le

terrain l’a aidé, car ce n’est pas un tracé pour lui. Au moment du démarrage,

sur ce terrain, il n’a pas été pris de vitesse et n’a pas perdu de terrain. Ensuite

il a bien fini. On a eu une bonne course en plus aujourd’hui. Sa rentrée

n’avait pas été très convaincante, mais si on regarde sa dernière performance à

Nantes, derrière Marend, vu que celui-ci a gagné, cela lui conférait une

chance. »

La deuxième

place est revenue à Diyakalanie

(Ashkalanie), troisième du Prix de Diane (Gr1) l’an dernier. Sa présence

réjouissait les organisateurs, car, en terme de « rating » elle

apportait incontestablement un plus ici. Nous l’avons trouvée aujourd’hui plus

percutante que lors de sa rentrée, face, il est vrai, à une opposition plus

faible. Pourtant, son entraîneur, Joël Boisnard, se montrait quelques peu sceptique

et interrogatif après l’arrivée « espérant

que le terrain explique sa performance. »

Tardrou (Tôt ou Tard), qui restait sur 3 victoires,

s’est octroyé une très belle troisième place pour son premier essai à ce

niveau. Avant le coup, cela ne semblait pas évident pour lui pourtant. Comme

quoi, quand la forme est là. En plus, pour ses propriétaires, c’était leur

premier partant dans une Listed. D’ailleurs, avant l’épreuve, ceux-ci

déclaraient : « Que c’est

déjà très bien de participer. Il y a tant de propriétaires qui aimeraient

pouvoir courir des Listed, qu’être au départ c’est déjà une chance »

 

Encadré :

 

BERNARD FERRAND : « UN PLATEAU

INTERESSANT »

Avant la

3e étape du Défi du Galop, le Grand Prix de Bordeaux (L), Bernard

Ferrand, co-initiateur du Défi du Galop, déclarait : « Je suis très content d’être à

Bordeaux aujourd’hui. Le but du Défi du Galop est d’organiser un circuit sur

les hippodromes de province, tout en réunissant de bons chevaux. Nous avons

élargi le circuit cette année où nous irons à l’étranger. Nous avons d’ailleurs

déjà été à Pise en début d’année. Le Défi du Galop permet de maintenir au niveau

Listed des courses qui avaient des problèmes au niveau du Pattern en terme de

rating et étaient menacées de perdre leur statut (Comme le Grand Prix e

Marseille-Vivaux, ndlr). Cela est une

réussite, car les courses du Défi du Galop sont, en terme de rating, bien

supérieures au niveau des Listeds. On peut le voir aujourd’hui avec un plateau

intéressant. Il y a notamment Diyakalanie, 3e du Prix de Diane l’an

dernier. Plusieurs présidents de société de courses ont adhéré au Défi du Galop

et nous avons maintenant 14 sociétés qui en font partie. Nous pouvons encore

élargir le nombre d’étape. Lors des deux premières années, le Défi du Galop a

été une réussite avec Magadino et Balius comme lauréats. »