elevage international

Autres informations / 14.05.2008

elevage international

 

Sadler’s

Wells a été déclaré à la retraite lundi 12 mai par Coolmore. Après un premier

dossier sur ce sire européen majeur, qui a marqué de son empreinte la fin du 20

et le début du 21e siècle (JDG du 13/05), nous vous proposons de

nouveaux développements.

 

Sadler's

Wells, le catalyseur d'une nouvelle économie

Dès que l'équipe de Coolmore prit

conscience de l'extraordinaire qualité de reproducteur de Sadler's Wells à la

fin des années 80, on vit apparaître une nouvelle façon d'utiliser ses services

et de mettre en valeur la propriété d'un étalon en pleine réussite : le « foal

sharing ».

On peut même dire que Sadler's Wells

sonne le glas de la syndication qui va progressivement disparaître dans une

Europe dominée par les intérêts de Coolmore et de Darley.

Dès que la réussite de Sadler's Wells

devient notoire, son prix de saillie est considéré comme « private ».

Ce qui signifie qu'il n'y a plus de prix officiel standard de l'étalon.

Conséquence deux options se présentent :

  1. quelques rares éleveurs fortunés sont appelés à

    négocier individuellement l'achat d'une ou deux saillies de l'inestimable

    reproducteur (le prix officieux de Sadler's Wells a varié suivant les moments

    entre 150.000 et 300.000€),

  2. plus fréquemment, les éleveurs possédant des

    juments de qualité sont conduits à traiter des contrats de foal sharing qui les

    associent au propriétaire de l'étalon.

    C'est ainsi que, sous la contrainte du

    prix et de la rareté, toute l'Europe de l'élevage a envoyé ses meilleures

    juments à Sadler's Wells, faisant du groupe Coolmore le co-propriétaire d'une

    partie des yearlings issus de leur champion sire, yearlings qui passaient le

    plus souvent aux enchères publiques à Newmarket, Deauville ou Kill. Cette

    valorisation de Sadler's Wells, effectuée à une grande échelle, a fait de

    Coolmore l'opérateur incontournable des années 90. Cette pratique a généré une

    accumulation de richesse et d'animaux au sein de cet empire naissant qui a

    ainsi « contrôlé » le développement du marché du pur-sang d'une façon

    inédite. Sans cette « technique commerciale », Galileo et bien

    d'autres n'existeraient pas, ou du moins ils ne seraient pas à Coolmore.

    C'est en ce sens que Sadler's Wells

    inaugure une nouvelle façon de faire de l'élevage, il dessine une nouvelle

    configuration économique de l'activité qui désormais est largement dirigée par

    les Groupes détenant les grands reproducteurs mâles, les éleveurs individuels

    étant dépendants des choix des étalonniers en ce qui concerne le haut du

    marché. Sadler's Wells a inventé une nouvelle richesse, celle de

    l'autovalorisation des grands étalons au bénéfice de leurs propriétaires, il a

    tracé une voie qui a dopé la valeur des grands reproducteurs potentiels, et qui

    a fait la fortune de ceux qui ont emprunté cet itinéraire.

    Sadler's est le premier grand étalon qui

    a su avoir une telle dimension politique et économique, bien au-delà du simple

    plaisir de rencontrer les plus belles filles du monde…