En achetant geny courses, le pmu entre dans l’ere de la concurrence

Autres informations / 07.05.2008

En achetant geny courses, le pmu entre dans l’ere de la concurrence

 

Les faits

Le PMU et la société d’investissement Serendipity Investment (qui

regroupe Bouygues et Artémis – holding personnelle de François Pinault) ont

annoncé mercredi après-midi leur projet d’acquisition de « Gény ». A

l’issue de l’opération, le PMU et Serendipity Investment détiendront chacun 50%

du capital de la société Gény Infos qui rassemble les activités de Gény Courses

(services payants aux parieurs, comme l’audiotel) et de l’agence de presse AIP

(fournisseur de contenus, par exemple à destination de la presse régionale).

Gény Infos est détenue à 100% par la société Prosodie SA.

 

L’analyse :

Cet achat est un événement décisif à plusieurs titres

D’abord,

cet achat montre que le PMU, loin d’être à la traîne, anticipe les mutations de

son secteur. Il est aujourd’hui le leader des paris en Europe et entend le

rester. Pour cela, il sait qu’il doit être un opérateur global, capable de

traiter et de vendre ses paris (ce qu’il fait déjà), mais aussi de les mettre

en scène (l’équipe de Gény est spécialisée dans les pronostics et les

« tuyaux » d’entraînement). Il sait aussi qu’il doit continuer à

renforcer les positions dans les nouveaux médias où il est déjà puissant :

téléphone, Internet, télévision. L’achat de Gény fera date, puisqu’elle est la

première opération de croissance externe du PMU. Et ce n’est sans doute pas la

dernière.

Ensuite,

cet achat montre que l’ouverture prochaine du marché des paris en ligne profite

aux courses. Il y a encore quelques années, qui aurait dit que des hommes

d’affaires ou des entreprises du niveau de François Pinault ou de Bouygues

investiraient dans les courses pour y gagner de l’argent ? Par ailleurs,

le fait que ces investisseurs avisés jouent la carte du PMU est un signe de

reconnaissance fort pour l’opérateur français. Chez Serendipity, on confiait

même que l’idéal aurait été d’entrer au capital du PMU ! A ce sujet, la

modernisation du PMU, orchestrée depuis onze ans, est en train de porter ses fruits

au moment décisif. Et cela, toute la filière hippique française doit s’en

réjouir.

 

Dans

les coulisses de la négociation

L’affaire

se préparait depuis de longs mois. Déjà, au mois d’août, certaines personnes

bien informées annonçaient que l’affaire était conclue entre Gény Courses et

son acheteur mystère, derrière lequel certains voyaient TF1, d’autres le PMU.

Mais la discussion, bien avancée, avait échoué, Prosodie demandant trop

d’argent selon les candidats à l’achat. Puis le PMU, et ses associés sur cette

acquisition, ont regardé les autres dossiers de médias hippiques à vendre.

Celui de Paris-Turf a forcément été étudié, d’autant que le groupe est leader

en ce qui concerne l’information hippique à destination des parieurs. Mais le

quotidien des turfistes est beaucoup plus cher que l’ensemble Gény Courses-AIP.

D’après nos informations, le projet actuel de rachat s’élève entre 7 et 8

millions d’euros. Un investissement très raisonnable, comparé à ce que coûtent

le lancement d’une nouvelle marque, la constitution d’une nouvelle équipe et la

création d’un nouveau produit.

 

Qui

est Serendipity ?

Serendipity Investment est une société d’investissement fondée en

septembre 2007 par Bouygues et Artémis (holding personnelle de François

Pinault) et dirigée par Patrick Le Lay. Elle a pour vocation de prendre des

participations majoritaires ou minoritaires au capital de sociétés à fort

potentiel de croissance et d’accompagner, à un horizon de moyen terme, les

équipes de management dans leur stratégie de développement. Pour Serependity

Investment, cette opération s’inscrit dans une stratégie d’investissements dans

des activités directement liées ou connexes au secteur des jeux et paris en

ligne.

Fait

amusant, la sérendipité est la caractéristique d'une démarche qui consiste à

trouver quelque chose d'intéressant de façon imprévue, en cherchant autre

chose, voire rien de particulier. Cette approche est issue d'une démarche

heuristique. Il s'agit de l'observation d'une anomalie stratégique qui n'a pas

été anticipée, et qui peut être « à l'origine d'une nouvelle théorie ». Clairement,

c’est la démarche contraire d’un fonds d’investissement, qui pèse et soupèse

longuement chaque dossier avec des critères d’arbitrage millimétrés. Ces

investisseurs ne manquent pas d’humour…

 

PMU-Gény

Courses : une longue histoire

La

route du PMU et de Gény Courses s’est déjà croisée à plusieurs reprises. On

retiendra notamment que Gény est déjà fournisseur de contenu (commentaires et

pronostics) pour le PMU, ou plus précisément pour Equidia, dans le cadre de

l’émission « Faîtes vos courses ». Par ailleurs, pendant plusieurs

années, AIP (Gény) a été l’employeur en titre des journalistes d’Equidia – dont

il refacturait ensuite les salaires à la chaîne des courses, puisque le PMU

n’avait officiellement pas vocation à employer directement des journalistes.

 

Le

commentaire du président du PMU

« Le PMU est très sensible à la visibilité et

à la qualité de l’information hippique, dont Gény Courses est un des acteurs

reconnus, nous a déclaré Bertrand Bélinguier. Ce projet d’acquisition traduit la volonté du PMU d’accompagner les

mutations du marché et les attentes de ses clients parieurs. »

 

Le

commentaire de Serendipity

« C’est une démarche très ambitieuse de la

part du PMU et de Serendipity, nous a déclaré Sébastien Bougon, acteur

décisif de la négociation au sein du fonds d’investissement présidé par Patrick

Le Lay (président du Conseil d’administration de TF1). Les courses sont un univers formidable, avec des athlètes et des

professionnels extraordinaires, qui n’est pas sans rappeler le monde du

divertissement que nous connaissons bien à TF1. C’est aussi un monde dans

lequel il va se passer beaucoup de choses. Et, chose rare, pour un univers qui

pèse 65000 emplois et 8 milliards de chiffre d’affaires, il n’y a que trois

grandes marques. Dans l’ordre : le PMU, Paris-Turf et Gény Courses. Nous

sommes donc ravis d’investir dans le numéro 3 avec le numéro 1 ! Nous

avons beaucoup d’idées pour continuer à développer Gény. »