Des candidats aux profils si disparates

Autres informations / 22.06.2008

Des candidats aux profils si disparates

Lundi 23 juin, Maisons-Laffitte. Entre

rentrants et candidats aux performances récentes, novices et endurcis, le Prix

Margouillat (D) réunit plusieurs profils qui empêchent de dresser un portrait

univoque des différents concurrents. C’est plutôt au moyen du portrait chinois

qu’on pourra aborder cette épreuve. Le parcours imposé est celui des 1.400m

corde à droite. Pour démêler cet écheveau, commençons par le clan des mâles.

La curiosité est notamment

suscitée par la participation de Bermuda

Rye (Cape Cross). L’élève de Mikel Delzangles, qui vient de terminer

troisième d’une course D clodoaldienne, était au départ de la Poule d’Essai des Poulains

(Gr1) dont il s’est classé huitième. Victorieux pour ses débuts à 2ans, Bermuda

Rye a couru trois fois cette année mais sans pouvoir renouer avec la victoire.

La victoire a toujours échappé à De Charpentier (Rock of Gibraltar). En

dépit de sept sorties, ce pensionnaire d’André Fabre cherche encore son premier

sacre. Néanmoins, il a déjà agrémenté sa relativement riche expérience de cinq

places de deuxième, d’une troisième et d’une cinquième. Les statistiques

parlent d’elles-mêmes. Il revient sur la distance de ses premiers pas après

avoir été allongé jusqu’aux 1.800m.

Ils ont débuté leur carrière dans

la même épreuve, Bermuda Rye et Dunkerque

(Highest Honor) se retrouveront dans ce Prix Margouillat. Cet hiver, à

Saint-Cloud, le premier nommé devançait le second de deux longueurs et demi.

Pris de vitesse ce jour-là, Dunkerque avait ensuite correctement fini. Une

performance intéressante mais néanmoins décevante pour un pensionnaire de

Christiane Head-Maarek, précédé d’une réelle réputation dans les allées de

Chantilly. Après avoir été testé jusqu’à 2.100m, fin avril à Saint-Cloud, distance

sur laquelle il montrait clairement ses limites de tenue, il est désormais

réinstallé sur les sprints longs de 1.400m. Le 23 mai, il a ainsi pris une

deuxième place à Chantilly dans une course D sur cette distance.

Parmi les pouliches, on peut compter

sur Rioka (Captain Rio), placée deux

fois de Listeds (3e). Elle est ultra régulière et n’a jamais terminé

plus loin que troisième en neuf sorties. Elle vient de trouver une juste

récompense à son talent en gagnant une course F à Saint-Cloud. Rioka vaut

évidemment mieux. Ce Prix Margouillat arrive donc à point nommé. On fait encore

une fois le grand écart en abordant le cas de la très bien née Gone Nuts (Gone West). Sa grand-mère

est Raise The Standard (Hoist The Flag), à l’origine d’une fabuleuse branche

dans le giron Niarchos, celle de Coup de Folie, Coup de Génie, Machiavellian,

Denebola, etc. Avec la mère de Raise The Standard, Natalma (Native Dancer), on

touche tout simplement au fondamentaux du pur sang du 20e siècle

puisque qu’elle est la génitrice de Northern Dancer (Nearctic), étalon du

siècle et compétiteur d’exception. Gone Nuts a, pour l’instant, peu d’arguments

sportifs à invoquer : 6e et 5e en deux sorties.

Cependant, dans sa dernière prestation, elle s’est bien comportée dans un lot

qui mérite l’attention et pourrait créer ici une surprise.