Eric puerari

Autres informations / 16.06.2008

Eric puerari

Haras des Capucines

(LOUTKA)

Lauréate

du Prix Urban Sea (L), disputée au Lion d’Angers vendredi dernier, Loutka (Trempolino) a rendu un nouvel hommage

à sa grande famille. En effet, elle provient de cette souche allemande où l’on croise

l’illustre nom d’Allegretta

(Lombard). Celle-ci est propre sœur de la grand-mère de Loutka, Arionette. Et,

faut-il le rappeler ?, Allegretta est la mère d’Urban Sea (d’où Galileo) et

de King’s Best, pour ne citer que les plus prestigieux. C’est en achetant Arionella,

la mère de Loutka qu’Eric Puérari et le Haras des Capucines a désiré développer

« l’une des meilleures familles

allemandes du Stud-Book européen, nous déclare-t-il. «Je l’ai achetée en 2003.

Je voulais développer cette famille que l’on trouve rarement, une vraie grande

famille classique allemande. » Le nom d’Urban Sea (Miswaki) revient quand

on parle du croisement qui a présidé à la naissance de Loutka. Trempolino

véhicule, en lignée mâle, le sang de Native Dancer (via Sharpen Up/Atan). Chez

Urban Sea, la présence de Native Dancer est apportée par Miswaki/Mr Prospector.

« Nous avions tenté de dupliquer

Anatevka dans le pédigree de Charmant Garçon (le frère aîné de Loutka,

ndlr) en croisant Galileo avec Arionella,

la mère de Loutka. Malheureusement, celui-ci s’est accidenté. » Dans

ce cas, l’imbreding sur Anatveka était de 4 sur 5.

Mais

le Haras des Capucines ne se tourne pas toujours vers les étalons du « gabarit »

de Galileo, prix du marché actuel oblige… « Nous

devons tenter notre chance avec des chevaux moins confirmés. Nous essayons

d’envoyer la moitié de nos juments (le haras des Capucines en possède une

cinquantaine, ndlr) à ce type d’étalons. Nous essayons également de ne pas trop

croiser les extrêmes c’est-à-dire que nous n’allons pas choisir un étalon

caractériel pour une jument caractérielle. Nous faisons des croisements qui ont

un sens et nous n’avons pas de formule spéciale. Le tout est de ne pas

dupliquer les défauts physiques ou de caractères. »

En

complément de l’élevage, le Haras des Capucines est un grand acteur des ventes

aux enchères. Loutka est passée sur le ring aux ventes d’août pour être achetée

40.000€ par Paul Nataf pour Enrico Ciampi. « Nous

gardons uniquement des pouliches d’une jument très confirmée, conclut Eric

Puerari, ou pour continuer la souche. » Le Haras des Capucines a

revendu la mère de Loutka, Arienolla en décembre dernier aux ventes Arqana

Deauville.