Grogne à maisons-laffitte

Autres informations / 06.06.2008

Grogne à maisons-laffitte

Indignation, exaspération et colère régnaient sur

l’hippodrome et en particulier dans la salle des balances après le Prix Matchem

(L), la plus belle course de la journée remportée par le « Rouget », Blue Exit

(Pulpit). Mikel Delzangles, entraîneur du favori In Chambers (Oasis Dream),

arrivé troisième, et Jean-Claude Rouget sont furieux. En cause : le tout

nouveau passage de route construit cet hiver sur la ligne droite de

Maisons-Laffitte à 200m du troisième poteau. Il a, en effet, « fait bondir »

deux des cinq concurrents en lice dans cette Listed : Birbone (Sendawar) et

Célébrissime (Peintre Célèbre). Boiteux à chaud, Birbone ne devrait cependant

pas avoir de séquelles de cet incident.

Si les commissaires en fonction ce vendredi, tout comme le directeur

de la réunion Pierre Le Griel, n’ont pas désiré s’exprimer au sujet de ce «

sulfureux » passage de route, diabolisé dans ce type de situation, les

entraîneurs concernés ont tenu à faire entendre leur voix. « C’est une ineptie,

c’est honteux, répète Jean-Claude Rouget. Il est impossible de courir le Prix

Eugène Adam (Gr2) et le Prix Chloé (Gr3) sur cette piste ! Il n’y a qu’à mettre

les passages de route en tournant. On peut tout faire en face. Ce n’est pas moi

qui ai été victime, mais je suis indigné. »

Un passage appréhendé

Avant de se diriger vers les stalles de départ, Christophe

Soumillon, en selle sur In Chambers, Thierry Thulliez monté sur Birbone et

Olivier Peslier sur le « Head » Célébrissime choisissent de faire un petit

détour pour leur montrer le passage de route. In Chambers, qui avait déjà pris

peur à 2ans lors de ses débuts, était ce vendredi muni d’une peau de mouton sur

la muserolle ce qui ne l’a pas empêché de sauter le passage de route. « Le

passage nous coûte gros, c’est évident », nous a déclaré Mikel Delzangles. In Chambers

a pris la troisième place derrière Célébrissime, apeuré également et auteur

d’une très belle fin de course. « Vous pouvez écrire une chose, a-t-il ajouté à

l’attention de nos lecteurs : le seul élément profitable à Maisons-Laffitte

était sa longue ligne droite. Désormais, avec ce passage de route, il n’y a

plus rien de bien ici. » Dans cette configuration, les jockeys sont évidemment

en première ligne. Thierry Gillet, président de l’association, s’est entretenu

avec les commissaires peu de temps après la course. « Nous sommes tous

d’accord, il faut retirer ce passage de route, nous a-t-il déclaré. Les jockeys

sont unanimes, ils le trouvent tous dangereux. Des choses ont déjà été faites.

Les hommes de pistes l’ont teint en vert dans un premier temps puis ils ont

tondu l’herbe. Olivier Peslier s’est d’ailleurs déplacé pour leur montrer les

endroits où il fallait tondre afin de rendre moins voyant ce passage de route.

Il faut absolument préserver la ligne droite de Maisons-Laffitte. L’information

est remontée à la direction de France Galop. La décision lui appartient. Mais

effacer ce passage de route pour remettre du gazon prendra évidemment du temps.

»

Martial de Rouffignac dit vouloir s’adapter

« Nous avons construit ce passage de route afin de faire passer

des semis remorques transportant du sable pour l’entretien de la piste d’en

face, nous a expliqué Martial de Rouffignac, chef de l’établissement

mansonnien. Nous avons fait d’énormes travaux cet hiver. Tout le monde s’est

dit satisfait, mais en fonction des chevaux le passage de route pose plus ou

moins problème. Aujourd’hui, l’incident qui s’est produit est évidemment très

regrettable, cela m’inquiète. Il va falloir s’adapter à la situation. En temps

réel, les commissaires ont fait remonter l’information à France Galop qui

arrêtera une décision dans les prochains jours. Si nous semons du gazon à la

place du passage de route, je ne pourrai plus entretenir la piste comme je le

fais actuellement. Car des passages répétés de tracteurs sur le gazon font également

des traces qui peuvent effrayer les chevaux. Le principal est de contenter les

entraîneurs, les propriétaires, les éleveurs, les jockeys et les parieurs. »