Incanto dream peut rever encore

Autres informations / 14.07.2008

Incanto dream peut rever encore

Lundi 14 juillet, Longchamp. Carlos Lerner bénéficie de toute la confiance de

Louise Calamari, propriétaire de deux chevaux, tous les deux chez ce dernier.

Deux chevaux et, dorénavant, un vainqueur de Groupe 2 ! L’heureuse propriétaire

a, évidemment, assisté dimanche à Longchamp, à la victoire d’Incanto Dream

(Galileo), dans le Prix Maurice de Nieuil (Gr2). Sur un train assez vif,

Incanto Dream a attendu son heure en sept ou huitième position pour placer une

pointe de vitesse impressionnante dans la phase finale. Pour lui, il n’y a pas eu

de bataille. La victoire était acquise à 200m du but.

 

Incanto Dream : signé Lerner

C’est

pour Louise Calamari que Carlos Lerner a acheté Incanto Dream aux ventes de

Deauville il y a trois ans pour 80.000€ au haras de La Louvières. « C’est Carlos qui a choisi Incanto

Dream, il avait carte blanche. Aujourd’hui, c’est un immense bonheur. Nous

préparons cette course depuis longtemps »  nous a déclaré Louise Calamari. Dans ce

Prix Maurice de Nieuil, le lot était relevé et, au regard de sa belle

prestation, Incanto Dream peut logiquement rêver à de meilleurs horizons encore.

« Le matin au travail, il volait, a

déclaré son entraîneur Carlos Lerner, mais après les courses restent les

courses. C’est un cheval très tardif avec lequel nous avons pris notre temps.

Il va encore s’améliorer, mais aujourd’hui il était à 200% de ses possibilités

actuelles. Nous pensons peut-être aller sur le Grand Prix de Deauville (Gr2, le

31/08), mais c’est encore sans certitude. La course visé est le Prix du Cadran

(Gr1, le 05/10). »

 

Noble Prince fait sa valeur

Derrière,

Caudillo (Acatenango) et Noble Prince (Montjeu) prenaient

respectivement la deuxième et la troisième place après avoir mené une lutte soutenue

aux abords du poteau. L’entourage de Noble Prince estime que le poulain a fait

sa valeur en prenant cet accessit, mais s’est un peu usé sur son mors durant le

parcours. Ce Prix Maurice de Nieuil a pris du retard pour attendre que Speed Gifted (Montjeu) soit rechaussé après

avoir perdu un fer en se rendant au départ. Derrière les boîtes, les plus

nerveux prennent difficilement leur mal en patience. Noble Prince était quelque

peu en écume et plusieurs jockeys sont descendus de leur monture, dont Christophe

Soumillon de Varévées (Kahyasi).

 

La malchance de Varévées

Cette

course était aussi un test pour Varévées. Son entourage attendait d’observer

son comportement sur un terrain léger. Car depuis des mois, son propriétaire

australien ne rêve que d’une chose : aller courir la Melbourne Cup (Gr1)

dans son pays au mois de novembre. Et en Australie, les piste sont sensiblement

plus légères que leurs homologues européennes et particulièrement françaises.

Si la surface n’a pas posé de problèmes apparents, c’est du côté du trafic que

Varévées a été mise en difficulté. Au moment du démarrage final, Christophe

Soumillon a tenté une première fois de lancer la jument mais le passage s’est

refermé avant de la relancer une seconde fois sans succès. On ne refait jamais

les courses au risque de ne plus avoir jamais de certitude, mais ce qui est sûr

c’est que Varéevées n’a pu s’exprimer pleinement, cachée par un rideau de

chevaux.