Département propriétaires/frbc, « même » combat

Autres informations / 21.08.2008

Département propriétaires/frbc, « même » combat

Jour de Galop. – Il y a parfois confusion entre le DP et le

FRBC. Et certains vous reprochent de donner trop à l’une ou à l’autre des

structures… Elodie Garamond. – Je crois que la confusion est principalement due

au fait que c’est la même personne – moi

– qui chapeaute les deux structures. C’est pourtant logique

que la même personne exerce les deux fonctions, car le savoir-faire nécessaire

au fonctionnement des deux organisations est le même.

Ce ne sont tout de même pas les mêmes entités. Sinon

pourquoi en avoir deux ?

Le FRBC est au service du savoir-faire français sous toutes

ses facettes, exportable à l’international. Le DP a le même rôle de promotion

et de pédagogie, mais uniquement axé sur le propriétariat et sur la France.

Autre différence, le DP est entièrement intégré à France Galop, alors que le

FRBC est une structure indépendante – certes donc l’actionnaire majoritaire est

France Galop, mais indépendante quand même. Et puis, alors que le FRBC est

essentiellement un outil de développement commercial pour la filière, le DP a

une vraie mission au sein de la communauté des courses. Nous sommes à un

tournant très important de l’histoire des courses ; un réflexe corporatiste se

met en place de façon naturelle et légitime et le DP a un rôle à jouer comme «

lien social » entre tous les acteurs des courses.

 Quels sont les inconvénients

de la proximité entre le DP et le FRBC ?

En termes de gestion interne, cela demande une rigueur plus

importante. L’autre inconvénient, ce sont les critiques dont vous avez parlé

précédemment. Non pas pour les critiques elles-mêmes, mais plutôt parce que,

quand une certaine confusion s’installe, les gens risquent de ne pas savoir à

quelle porte frapper.

Et les avantages ?

Le plus grand avantage, c’est la double équipe. Une équipe

très riche, avec des jeunes femmes qui ont toutes l’amour des courses et du

cheval, et savent partager leur passion. Trois personnes gèrent les questions

liées à l’international, avec en chef de file Marylin Charlton, coordinatrice

des actions du FRBC. Aujourd’hui, son savoir-faire et sa connaissance des marchés

sont reconnus par toutes les personnes avec qui elle travaille.

Elle est épaulée par Capucine Houel, qui était auparavant au

service International du Cheval Français. Capucine va s’occuper de toute la

partie média et de la promotion des courses d’obstacle à l’étranger. Côté DP,

nous avons quatre personnes spécialistes du marché français, avec en tête

Isabelle Sepulchre qui connaît parfaitement les professionnels et les propriétaires,

et sait mieux que quiconque les écouter et les comprendre. Elle a également le

gros atout de maîtriser parfaitement les rouages de France Galop. C’est la

diversité et la richesse de ces équipes qui nous permettent de répondre à peu

près à n’importe quelle demande et de faire avancer les dossiers.