edouard de rothschild : je ferai des propositions précises.

Autres informations / 23.08.2008

edouard de rothschild : je ferai des propositions précises.

 

 

JDG

: La réorganisation de l'écurie d'André Fabre a créé un choc dans le monde des

courses. Il a déclaré que cette restructuration était en rapport avec ses

préoccupations sur les conditions économiques, sociales et sportives

rencontrées à Chantilly.

 

EdR

: Les préoccupations exprimées par André Fabre concernant Chantilly sont pour

moi importantes et prioritaires. Sans en connaître tous les détails, je crois

qu'il a raison, et que ses craintes doivent être entendues et étudiées.

C'est

pourquoi je réfléchis avec André Fabre et d'autres pour prendre en compte les

préoccupations et les contraintes qui existent à Chantilly

 

JDG

: Pour aller dans quelles directions ?

 

EdR

: Le vieux débat Paris/Province est dépassé depuis longtemps, et il est inutile

de revenir en arrière. La responsabilité et la mission de France Galop est de

mettre en place des conditions économiques, sociales et sportives qui

concilient l'excellence et les courses quotidiennes.

Nous

devons y parvenir, car je suis persuadé qu'il n'y a ni antinomie, ni

incompatibilité entre ces deux exigences. La décentralisation opérée par

Jean-Luc Lagardère est une bonne chose mais le diable se niche toujours dans

les détails non maîtrisés, et en ce sens, il me semble qu'il y a effectivement

une dérive ces dernières années.

 

JDG

: Pouvez-vous être plus précis ?

 

EdR

: Cette affaire est importante, et il y va de ma responsabilité personnelle en

tant que Président de France Galop. Je serai donc précis : à brève échéance,

après avoir largement consulté, je ferai des propositions concrètes.

L'esprit

qui me guide est simple : il ne s'agit pas de favoriser les uns ou les autres,

il s'agit encore moins de privilégier les riches et les puissants. Il s'agit de

coordonner et d'harmoniser. C'est dans cette direction que les ajustements se

feront, et que je tiendrai compte du point de vue important  exprimé par 

André Fabre.

 

JDG

: Ne craignez-vous pas qu'on vous reproche de réagir à des préoccupations portées

par André Fabre ?

 

EdR

: Votre critique n'est pas nouvelle et je l'ai souvent entendue. Tout d'abord,

je dirai qu'André Fabre est à mes yeux un professionnel crédible dont la

réussite exceptionnelle offre des garanties. Je le crois surtout capable d'exprimer

des préoccupations d'intérêt général, et non pas de défendre son petit jardin

privé.

Ensuite,

j'ajouterai que le dialogue que j'entretiens avec lui tient au fait qu'il

n'hésite pas à communiquer directement avec moi. Or, comme je vous l'avais

révélé lors de notre dernier entretien, j'affectionne ce mode de rapports, et

chacun sait que je suis ouvert et accessible, sans aucune exclusive.

Et

maintenant, travaillons !