Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Breeders’ cup : le grand show

Autres informations / 25.10.2008

Breeders’ cup : le grand show

 

GOLDIKOVA, LA FRANçAISE QUI VEUT DEVENIR

VEDETTE AMéRICAINE

 

Samedi 25 octobre, Santa Anita

(Californie, Etas-Unis). La grande fête du pur-sang international aux

Etats-Unis est arrivée. Ce samedi, neufs grandes épreuves, pour la plupart au

statut de Groupe 1, vont désigner un champion dans chacune des catégories

désignées. Nul doute à ce sujet : un vainqueur de Breeders’ Cup est

toujours un cheval remarquable, qui reste gravé pour un moment dans l’histoire

des courses mondiales. Véritable feu d’artifice de Gr1, déluge de dollars,

hyperconcentration de compétiteurs de top niveau, l’édition 2008 est digne de

ses prédécesseurs. Seule manquent vraiment à l’appel Zarkava (Zamindar), dont l’entourage a décidé de mettre fin à la

carrière, et Big Brown (Boundary),

victime d’un ennui de santé et dirigé vers le haras.

Ce samedi, c’est au tour de la française Goldikova (Anabaa) d’entrer dans la

légende du Breeders’ Cup. Elle possède toutes les qualités pour rejoindre les précédents

lauréats français du Mile : Six

Perfections (Celtic Swing), Domedriver

(Indian Ridge), Spinning World

(Nureyev) et bien sûr l’incomparable Miesque

(Nureyev). Et Freddy Head nous a confirmé que « Goldikova apprend vite et se comporte avec aisance dans son

nouvel environnement » (voir aussi page 2).

 

L’intimidant Curlin

Mais 2008 est avant tout marqué par la présence

impressionnante, voire intimidante, de Curlin

(Smart Strike) qui se doit confirmer qu’il est le meilleur cheval du monde sur

le sable sur 2.000m. Il vient tout juste d’obtenir le titre de cheval le plus

riche de tous les temps en compétition. Le déplacement en nombre, et en très

grande qualité, des pensionnaires d’Aidan O’Brien apporte aussi son lot de défis.

Duke of Marmalade (Danehill) et Henrythenavigator (Kingmambo) vont

essayer de faire tomber de ses bases le roc Curlin. Ils sont

« épaulés » dans leur tâche par l’excellent Raven’s Pass (Elusive Quality) que John Gosden a fait progresser

régulièrement cette année. Lauréat du Queen Elizabeth II Stakes (Gr1), fin

septembre devant Henrythenavigator, il pourrait être l’arme européenne la plus

dangereuse pour Curlin.

 

Encadré (avec photo)

Freddy Head :

« Plus facile comme entraîneur que comme jockey »

Freddy Head a déjà connu les joies du succès dans le Breeders’

Cup, associé à Miesque, en 1986 et 1987. Un succès en tant qu’entraîneur lui

permettrait de devenir le seul à cumuler des succès en tant qu’entraîneur et

jockey. Une telle première ne semble pas impressionner plus que cela celui qui

vit une année 2008 exceptionnelle. « C’est

pour moi plus facile de préparer un Breeders’ Cup en tant qu’entraîneur que

jockey. Je suis très content de la condition de Goldikova et tout a été fait

pour ma part. Maintenant, c’est au tour du jockey de jouer. Il a tout dans les

mains : c’est à lui de prendre la bonne décision à la seconde près dans un

parcours. C’est lui maintenant qui subit la pression. » Goldikova

semble pour sa part s’accommoder parfaitement de « l’american way of

life ». « Il fait très chaud ici mais Goldikova semble le supporter

très bien. Elle travaille le matin de belle manière. C’est une pouliche qui

apprend vite et se comporte avec aisance

dans son nouvel environnement. J’ai trouvé la piste bonne. Elle est rapide mais

pas dure. Elle est correctement arrosée avec beaucoup d’herbe. Goldikova

devrait courir comme elle le fait habituellement : prêt de la tête. Avec

la stalle n°4, elle devrait pouvoir se placer vite derrière les leaders sachant

que je sais que deux chevaux de cette épreuve partent vite. »

 

Un vendredi magnifié

par Zenyatta, Ventura et Stardom Bound

Depuis 2007, la journée Breeders’ Cup est devenue un

duo : deux jours qui ont permis de multiplier les tournois et de réunir un

spectre encore plus grand de champions. Hier (lire vendredi) était la journée féminine

avec les épreuves réservées aux juments et pouliches. On retiendra les

impressionnants succès de Zenyatta

(Street Cry), toujours invaincue en neuf sorties après le BC Ladies’ Classic, Ventura (Chester House) dans le BC

Filly & Mare Sprint et de Stardom

Bound (Tapit) dans le BC Juvenile Fillies. Sans oublier la première

victoire de Julien Leparoux dans une épreuve de BC de Gr1 avec Forever Together (Belong To Me) dans le

Filly & Mare Turf. Sa victoire en 2007 avec Nownownow (Whywhywhy) dans le BC Juvenile Turf n’avait été

enregistrée dans un Gr1 puisque l’épreuve se disputait pour la première fois et

doit attendre plusieurs exercices avant d’accéder au statut suprême.