Fins de vente à newmarket

Autres informations / 16.10.2008

Fins de vente à newmarket

JOUR 4, BOOK 3

Le Book 3 qui couvre Jeudi et Vendredi représente les yearlings

de deuxième et troisième choix qu'il faut bien essayer de commercialiser. La

surproduction n'épargne pas Newmarket, qui réceptionne les vendeurs anglais et

irlandais, et la qualité des sujets présentés s'en ressent énormément. En

effet, les principaux opérateurs à ces ventes de Tattersalls racontent la même

histoire que celle que nous avons rapportée de Keeneland : c'est toujours

difficile d'acheter un yearling qui attire l'attention car il y a chaque fois

plusieurs acheteurs qui se le disputent. Cette sorte de résistance du marché

tendrait à prouver qu’une partie des 25% de baisse de la moyenne doit être

attribuée directe   ment à la baisse de

la qualité moyenne des yearlings. Il y a assez peu de sujets qui font envie, et

ceux qui intéressent les enchérisseurs se vendent plutôt bien : tel est le message

de ceux qui cherchent à acheter à Tattersalls. Cette réalité explique que dans

le troisième choix d'aujourd'hui,  l'italien

 Marco Bozzi ou Gill Richarson   ont dépensé des sommes rondelettes pour

acheter les poulains qui sortaient de la masse. Marco a donné 72.000 Gns, soit

presque 100.000€, pour un fils du prometteur Kheleyf, tandis que Gill a

déboursé 60.000 Gns pour un yearling de la première production de Rakti.

Tous ces éléments, qui ne contrarient pas la tendance

baissière de Newmarket, nous incitent à penser que la vente de Deauville de la

semaine prochaine, qui offre des yearlings de bien meilleure qualité, devrait

bien se dérouler, avec de superbes occasions pour les acheteurs adroits et

patients.