Freddy head, roi d’angleterre

Autres informations / 17.10.2008

Freddy head, roi d’angleterre

Vendredi, Freddy Head a eu les honneurs

de la page 1 du Racing Post. Il est

vrai que, comme le rappelle Desmond Stoneham, correspondant en France du grand

quotidien, « rares sont les hommes

qui, au cours de leur vie, ont atteint le sommet dans deux professions

différentes » [jockey et entraîneur]. Autre originalité relevée par

notre ami Desmond : Freddy est le seul jockey à avoir gagné trois Arc pour

trois membres de sa famille : son grand-père Willie, son père Alec et sa

sœur Criquette !

Au passage, l’entraîneur livre quelques formules amusantes.

Sur sa ligne, quasiment inchangée depuis qu’il est passé de l’autre côté de la

barrière, il dit : « Depuis que j’ai arrêté de monter, je n’ai

pas pris trop de poids. Je pèse 59 kilos et je fais attention à ce que je

mange. Ce que je préfère à table ? Les omelettes et le vin de

bordeaux ! » Sur son enfance, c’est une anecdote qui a

certainement séduit le lectorat britannique : « Quand j’étais enfant, nous passions Noël au Quesnay. J’adorais manger

la dinde et le pudding. Comme ma grand-mère était anglaise, nous parlions

souvent anglais à la maison. »

Il revient aussi sur sa saison, « la plus grande chose qui me soit arrivée dans la vie. Peut-être plus

importante encore qu’une victoire dans l’Arc ou que Miesque. » Tout en disant comprendre la motivation du Cheikh Hamdan et

respecter sa décision, Freddy affiche quelques regrets au sujet de

Tamayuz : « Je suis un tout

petit peu triste : j’aurais aimé qu’il reste en France. »

L’article se termine avec une dernière

formule pour le moins inattendue, mais pleine de sincérité : « J’ai maintenant 70 chevaux à l’entraînement,

mais comme j’ai aussi 100 boxes, j’aimerais bien avoir un peu plus de chevaux à

entraîner. »