Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Anne-marie poirier a deux partantes dans le chloris

Autres informations / 22.11.2008

Anne-marie poirier a deux partantes dans le chloris

Anne-Marie Poirier présente deux partantes dans le Prix

Chloris, ce samedi à Saint-Cloud : Puszta des Mottes (Useful) et Quinine de

Mazille (Network). On peut parler d’une véritable consécration pour cette jeune

femme trentenaire qui vient de remporter, avec Puszta des Mottes, le Prix

Glorieuse à Maisons-Laffitte. Permis d’entraîner depuis le début de l’année

2006, la jeune femme a rapidement obtenu d’excellents résultats.

Une carrière de cavalière

D’origine néerlandaise, d’Utrecht, Anne-Marie Wieberdink a

été, très tôt, bercée dans le monde du cheval. Précisément, il s’agissait du

cheval de sport et de concours : aujourd’hui, l’un de ses deux frères débourre

et prépare des chevaux de concours aux Pays-Bas. Le monde des courses, c’est en

France qu’elle le rencontre. Après la réussite à un diplôme international en

construction de gros ouvrages (International Land and Water Management), les

aléas de la vie font s’installer Anne-Marie à Angers à la fin des années 90.

C’est là qu’elle entre en contact avec le Haras du Chêne, un des premiers

centres de débourrage et de pré-entraînement français. C’est là également

qu’elle va y faire sa vie. Elle y travaille et épouse le responsable des lieux,

Yann Poirier. Pour parfaire sa connaissance des courses, elle décide de monter

en compétition et devient cavalière en 1999. Ses premiers pas en compétition se

font sur Anareta des Mottes (Hellios), la future mère de… Puszta des Mottes.

La pouliche a la réputation d’être difficile – son surnom

est Inarrêtable des Mottes – mais cela n’effraie pas une AnneMarie Poirier

volontaire. Si cette carrière est aujourd’hui terminée, la cavalière aura eu le

temps d’obtenir une victoire – avec Milleka, entraînée par Norbert Leenders –

et de nombreuses places. Anne-Marie et Yann Poirier ont aujourd’hui deux

petites filles – Charlotte et Juliette –. Comment concilier toutes les facettes

d’une vie familiale et professionnelle riche ? « Je suis aujourd’hui

co-directrice du Haras du Chêne. Avec mon activité de permis d’entraîner et ma

vie de mère de famille, cela impose un grand sens de l’organisation. Je m’investis

complètement dans toutes ces vies. Je suis aujourd’hui très heureuse : mon

activité de permis d’entraîneur m’apporte de grandes satisfactions. Le Haras du

Chêne est aujourd’hui reconnu sur la place française du débourrage et

pré-entraînement. Je peux aussi compter sur toute ma belle-famille : Claudie et

Joël Poirier, les éleveurs des « des Mottes ». Il y a aussi une sœur de Claudie

Poirier – Mimi – qui répond souvent à mes sollicitations. Je les remercie

évidemment tous de leur soutien et de leur disponibilité. »

 

Une première qui ne s’est pas fait attendre

C’est Marcelo des Mottes (Myrakalu) qui a été le premier

compétiteur sous l’entraînement d’Anne-Marie Poirier, le 30 avril 2006. Une

sortie sanctionnée par un premier accessit. Jolis débuts. Mais le deuxième

partant fera mieux : ce sera Puszta des Mottes, le 14 mai. A Royan, celle-ci

gagne d’emblée et apporte le premier grand moment de bonheur. Elle fera encore

mieux, le 12 novembre de la même année, en remportant le Prix des Guilledines à

Durtal. Après des ennuis de santé en 2007, Puszta vient d’effectuer son

véritable come-back au meilleur niveau : le 23 octobre, elle domine les

meilleures juments AQPS de 4 et 5ans dans le Prix Glorieuse. « C’était

extraordinaire pour moi. Gagner à Paris avec un si petit effectif. La jument

est revenue à son meilleur niveau, celui qu’elle avait montré à 3ans. » Puszta

reçoit le renfort de Quinine de Mazille, ce samedi, dans le Prix Chloris. Cette

4ans élevée dans la Nièvre a montré de bons moyens sans avoir, pour l’instant,

réussi à gagner. Mais sa récente troisième place à Nantes, dans un bon lot, lui

donne tout à fait le droit de s’inviter à l’arrivée du Prix Chloris.